Tutoriel veste de portage

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

avec l’hiver je trouve le portage moins sympa pour les garçons qui se retrouvent coincés et comprimés sous des couches de vêtements. De vrais bibendums qui ont froid aux jambes avec le pantalon qui remonte facilement…

J’ai donc décidé de faire une veste de portage à moindre frais (prix inférieur à 20 €) en recyclant une vieille veste décathlon à la fermeture cassée. N’ayant pas beaucoup de temps, j’ai encore une fois cherché la simplicité, ce qui rend ce tuto accessible à tous. Voici la liste du matériel nécessaire :

– une vieille veste destinée à la poubelle ;

– du softsheld (50 x 70 cm) ;

– 2 fermetures éclairs détachables (65 cm) identiques et compatibles entre elles;

– 1 m de cordon élastique ;

– 2 arrêts de cordon ;

– 2 perles ;

– 2 m de biais.

Comme le montre la photo n°1, j’avais initialement prévu une troisième fermeture éclair de 25 cm pour faire une capuche. Au final, je trouve ce système inutile.

A noter : la longueur des deux fermetures éclair dépend directement de la longueur de votre manteau.

Astuce qui ne vient pas de moi : Si possible, pour adapter la poche à une veste que vous utilisez tous les jours, choisissez une fermeture éclair compatible à la/les veste(s) élue(s). Pour une veste décathlon comme la mienne, la fermeture zip doit être de la maque YKK et de maille 5 (réf : YKK 5CN)

Mon idée est de coudre une poche kangourou sur le devant de la veste. Pour que bébé et papa (ou maman) ne soient pas à l’étroit j’ai décidé de faire une poche ample qui peut être réduite avec un cordon élastique en bas et un second au milieu de la poche (trait central). Là encore, la dimension de la poche dépend du gabarit de chacun 😉

Voici donc la fameuse veste (en softsheld elle aussi). Elle est donc chaude, coupe-vent et déperlante. Sur la photo n°4, vous verrez que l’extrémité de la fermeture éclair est coupée pour retirer le zip.

Je ne me suis pas embêtée à découdre la vieille fermeture éclair (manque de temps). J’ai donc opté pour la superposition de fermetures : une première fermeture éclair est donc cousue directement sur le système de fermeture d’origine (photos 5 et 6).Avec cette première modification, le blouson ferme à nouveau  (photo 7) mais bébé ne peut pas être porté bien au chaud contre son parent (photo 8). Attaquons nous désormais à la poche elle même :

Après avoir coupé la pièce principale décrite par l’image n°2, quatre bandes de tissu sont préparées pour faire les deux coulisses à cordon (photo 9). Les arrêts cordons sont montés avec une perle en bois de couleur (photo 10) puis les cordons élastiques sont cousus sur la poche (photo 11).Une fois les coulisses installées, le biais est cousu sur les côtés latéraux ainsi que sur le haut de la poche :

Enfin, pour adapter la poche à la veste, le deuxième jeu de fermeture éclair est posé. Attention, vérifiez bien de quel côté sont placées la partie mal et la partie femelle de votre fermeture… il serait dommage de devoir défaire pour faire coïncider avec la fermeture déjà posée sur la veste.Et voilà un nounours bien au chaud sur son mannequin. En fonction du froid et du vent, la poche se lève suffisamment pour protéger bébé. L’élastique du bas permet de couper le vent au niveau des jambes et s’il fait bon, on abaisse la poche pour que bébé puisse observer le paysage.

Je n’exclus pas de faire évoluer la veste en cas de grand froid en y ajoutant une couche de polaire à l’intérieur. Elle serait maintenue à chaque coin par quatre boutons pression. Enfin, je vous confirme que la capuche ne sert à rien car s’il pleut, tout le monde se replie sous le parapluie 😉

Et voici ce que ça donne en situation réelle. L’enfant est très confortable et cet emmitouflage invite même aux gros câlins. Papa a lui aussi validé cette veste et les femmes de la crèche ont adoré le système.

J’actualise l’article avec deux photos qui permettent de mieux voir la veste (trop grande pour moi puisqu’elle est à la taille de monsieur 😉 ) Et pour voir l’insert que Clotilde a réalisé suite à cet article, je vous invite à cliquer ICI !

Share Button

Bonnets pour petits monstres !

Posted on

Bonjour à tous,

avec l’hiver qui arrive j’ai souhaité faire des petits bonnets faciles à réaliser pour mes deux crapules. Je voulais un patron rapide, amusant et qui me permettrait de vider la polaire en stock. J’ai trouvé mon bonheur sur le blog « du fil et mon… » .

Le bonnet présenté étant pour du 3-5 ans, j’ai adapté le patron. Pour ce faire j’ai eu besoin d’un stylo, d’une règle, d’une équerre et d’un mug pour les arrondis (qui peut aussi servir à la pause thé).

Voici donc les dimensions utilisées :

Pour du 6-9mois :  a = 46 cm ; c = 14 cm.

Pour du 12-24 mois :  a = 49-50 cm ; c = 16 cm.

L’ajustement du tour de tête se fait en adaptant le paramètre b.

Comme le montre la photo 3, le patron est composé de deux pièces.

Une fois les pièces découpées, les coudre ensemble en suivant les arrondis de la base du bonnet puis couper proprement le contour de la couture. Retournez le bonnet sur l’endroit pour coudre comme indiqué sur la photo 5.

A noter : Ayant fait l’erreur, je préfère partager mon expérience : la polaire est élastique alors pensez à coudre avec un point stretch pour que le bonnet ne serre pas bébé qui grandit bien en un hiver 😉

J’ai suivi les conseils lus sur l’article du blog « du fil et mon… » et ai fait ma tête de monstre avant de coudre le dos du bonnet. La décoration est thermocollée puis cousue sur la face avant du bonnet.

On passe enfin à la phase de fermeture du bonnet. Pas si simple que ça dans mon cas car j’ai utilisé une polaire double face assez épaisse. Les photos 8 et 9 vous montrent comment j’ai fermé ce bonnet.

Comme j’aime bien les monstres à cheveux, j’ai fait trois coupes de cheveux différentes. L’une d’entre elles, la plus rigolote à mon goût, a été faite avec les franges d’une vieille écharpe polaire.

Les cheveux sont cousus en même temps qu’est fermé le haut du bonnet.

J’allais oublier la touche finale : la pose des scratchs !

Voici les trois petits monstres réalisés pour cet hiver. Le premier étant trop petit pour mes crapauds, il protégera l’hiver prochain la tête d’un bout de chou né cette semaine et à qui je souhaite la bienvenue.

Merci Mélanie pour l’inspiration 🙂

Share Button

Tablier d’allaitement

Posted on

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous présente un cadeau de naissance fabriqué par Mamabrico. Pour que je puisse allaiter en toute discrétion en société Mamabrico m’a confectionné un grand tablier d’allaitement. Personnellement, j’ai avoir avoir ce tablier car pour moi l’allaitement est un acte naturel mais intime. Je ne me voyais donc pas donner le sein devant tout le monde mais je ne voulais pas m’exclure des discussions en m’éclipsant dans une autre pièce. Des amis et des membres de la famille, essentiellement des hommes, ont trouvé le système ingénieux et ont apprécié cette pudeur qui les a mis à l’aise J

La liste du matériel nécessaire à ce projet est assez restreinte :

  • Une pièce de tissu 150 x 150 cm² ;
  • Une bande de renfort thermocollante double face de 2 cm de large et 25 cm de long ;
  • Un clip pour fermer au niveau du cou.

Pour faciliter la description de la fabrication je vous ai fait un petit schéma que voici :

A est la pièce de tissu principale ;

B et C sont deux bandes de tissu de 2 cm de large qui viennent s’attacher derrière le cou via un clip. B mesure 60 cm de long et C 20 cm.

D est le renfort thermocollant qui rigidifie le centre du tablier.

Les étapes de fabrication de ce tablier sont :

1/ Couper 100 x150 cm de tissu puis ourlet les quatre côtés (1, 2, 3, 4)

2/ Fabriquer les bandes de tissu B et C

Pour fabriquer le tour de cou, découper deux bandes de tissu de 62 x 5 cm² et de 22 x 5 cm². Plier une première bande en deux afin de la coudre sur l’envers sur toute sa longueur. Repasser-la puis mettre la bande sur l’endroit. Faire de même avec la seconde bande. Ainsi vous obtenez deux bandes de 60 x 2 cm² et de 20 x 2 cm².

3/ Fabrication du tour de cou

Une partie du clip de fermeture est enfilée dans la bande de 20 cm qui est ensuite pliée en deux.Espacer les bandes de 30 cm puis les coudre sur l’envers du tissu.

Coller ensuite la bande thermocollante.

Enfin, faire un pli de 2 cm de large et coudre cet ourlet simple qui cachera les extrémités des bandes ainsi que le thermocollant.

Ajouter une seconde couture de maintien comme le montre la photo ci-dessous :

4/ Installer le clip de fermeture

La seconde partie du clip est glissée sur la bande la plus longue. Comme le tissu est trop fin, je l’ai maintenu en place avec un simple nœud (système récup. !) :

Pour plus de confort, une poche est cousue à l’intérieur du tablier afin d’y ranger les coussinets d’allaitement lors de la tétée.

Et voilà comment j’ai allaité mes bouts de chou lors de repas de famille, dans les cafettes d’autoroute, les salles d’attente ou dans la rue. En grandissant, mes garçons sortaient fièrement la tête de sous le drap lorsqu’ils avaient terminé ou bien jouaient à « cacher/coucou »… et là il faut être rapide !

Comme ce drap nous suit partout, il est aussi utilisé pour protéger les enfants du soleil (accroché à la poussette) ou pour les asseoir lorsque nous partons en vadrouille.J’ajouterai pour conclure que l’excédent de tissu peut être utilisé pour fabriquer une housse à votre tablier.

 

Share Button

Gigoteuse pour l’été modèle « Escapade »

Posted on

Bonjour à tous,

Eh oui, me revoilà après une absence de plus de 4 mois !!!! Je ne suis pas partie bien loin mais j’ai beaucoup de mal à trouver du temps pour moi (et donc pour vous écrire). Toutefois, ce n’est pas pour autant que je néglige totalement mes petites bricoles… En réalité, elles sont centrées vers le bien-être de mes deux loustics.

Avec les grosses chaleurs qu’il a fait début Juillet, j’ai eu un peu de peine pour eux car les pyjamas et les turbulettes demi-saison deviennent trop chaudes mais les nuits se rafraîchissent malgré tout.

Après discussion avec une copine, elle m’a donné l’idée de faire des turbulettes d’été (introuvables à prix juste dans les magasins). L’idée est donc d’avoir des turbulettes de la même épaisseur que les draps plats. Du report du patron aux finitions, chaque turbulette m’a pris une soirée de travail (à vitesse d’escargot).

Ayant fait deux modèles de turbulette, dans cet article je vous présente le modèle « Escapade » qui s’ouvre sur le côté. Le second modèle est plus échancré et s’ouvre devant. Je l’ai appelé la « Mary-Jane » et vous le présenterai la fois prochaine 🙂

Voici la liste du matériel :

  • 1m50 de tissu coton ;
  • 4m de biais (avec un peu de marge);
  • 1 fermeture zip de 60 cm (50 cm suffit) ;
  • Pressions plastiques et pince à pression ;
  • fil, ciseaux, etc.

1/ Reporter le patron

N’ayant pas de patron sous le coude, j’ai pris plusieurs turbulettes et ai fait mon propre patron (peut-être un peu étroit au niveau des jambes mais cela ne gène pas les garçons).

Le tissu choisi est à motif. Pour garder une cohérence dans le dessin, le dos et le devant du patron sont reportés de manière rapprochée (2 à 5 cm d’espacement) et alignée. Au lieu de couper chaque pièce de manière indépendante, je plie le tissu sur l’endroit de façon à superposer les deux pièces de la gigoteuse et je les maintiens entre elles avec des aiguilles.

Attention : Le tissu coton est fragile, pensez donc à le doubler à l’endroit où seront posées les pressions. J’ai dû faire une réparation avec un entoilage thermocollant double face de type « Vlieseline ». Voici la réparation que j’ai dû faire. J’ai thermocollé une pièce ronde de chaque côté du tissu puis j’ai renforcé l’ensemble avec une couture zigzag.

Petite Astuce : Commencez par thermocoller le tissu qui vous servira de patch dans un carré de 10×10 cm² puis découpez votre forme. Enfin, thermocollez votre patch sur le tissu à renforcer.

2/ Assemblage

Coudre les tissus sur l’envers à partir du bas de l’espace pour le bras jusqu’à l’emplacement de la fermeture éclair.

3/ Pose du biais

Avant de poser le biais, le contour de la turbulette est coupé tout en laissant une marge de 1 cm au niveau de la couture réalisée précédemment.

Le biais est posé avant la fermeture éclair car je le veux le long de la fermeture éclair. Pour me faciliter la tâche, j’utilise un pied adapté qui me permet de coudre le biais en une seule fois.

4/ Pose de la fermeture éclair

La fermeture éclair est une étape délicate et mieux vaut prendre son temps.

5/ Pose des pressions

Avec une pince Prym les pressions plastiques sont mises en place en 1 minute.

6/ Finitions

Pour finir proprement la turbulette, les fils sont arrêtés avec le pied coupeur :

Voici donc à quoi ressemble la turbulette qui emmène mon petit bout au pays des rêves pour des escapades dans la jungle 🙂

Et voici la seconde tubulette pour des escapades musicales 😉

 

Share Button