Gigoteuse pour l’été modèle « Escapade »

Posted on

Bonjour à tous,

Eh oui, me revoilà après une absence de plus de 4 mois !!!! Je ne suis pas partie bien loin mais j’ai beaucoup de mal à trouver du temps pour moi (et donc pour vous écrire). Toutefois, ce n’est pas pour autant que je néglige totalement mes petites bricoles… En réalité, elles sont centrées vers le bien-être de mes deux loustics.

Avec les grosses chaleurs qu’il a fait début Juillet, j’ai eu un peu de peine pour eux car les pyjamas et les turbulettes demi-saison deviennent trop chaudes mais les nuits se rafraîchissent malgré tout.

Après discussion avec une copine, elle m’a donné l’idée de faire des turbulettes d’été (introuvables à prix juste dans les magasins). L’idée est donc d’avoir des turbulettes de la même épaisseur que les draps plats. Du report du patron aux finitions, chaque turbulette m’a pris une soirée de travail (à vitesse d’escargot).

Ayant fait deux modèles de turbulette, dans cet article je vous présente le modèle « Escapade » qui s’ouvre sur le côté. Le second modèle est plus échancré et s’ouvre devant. Je l’ai appelé la « Mary-Jane » et vous le présenterai la fois prochaine 🙂

Voici la liste du matériel :

  • 1m50 de tissu coton ;
  • 4m de biais (avec un peu de marge);
  • 1 fermeture zip de 60 cm (50 cm suffit) ;
  • Pressions plastiques et pince à pression ;
  • fil, ciseaux, etc.

1/ Reporter le patron

N’ayant pas de patron sous le coude, j’ai pris plusieurs turbulettes et ai fait mon propre patron (peut-être un peu étroit au niveau des jambes mais cela ne gène pas les garçons).

Le tissu choisi est à motif. Pour garder une cohérence dans le dessin, le dos et le devant du patron sont reportés de manière rapprochée (2 à 5 cm d’espacement) et alignée. Au lieu de couper chaque pièce de manière indépendante, je plie le tissu sur l’endroit de façon à superposer les deux pièces de la gigoteuse et je les maintiens entre elles avec des aiguilles.

Attention : Le tissu coton est fragile, pensez donc à le doubler à l’endroit où seront posées les pressions. J’ai dû faire une réparation avec un entoilage thermocollant double face de type « Vlieseline ». Voici la réparation que j’ai dû faire. J’ai thermocollé une pièce ronde de chaque côté du tissu puis j’ai renforcé l’ensemble avec une couture zigzag.

Petite Astuce : Commencez par thermocoller le tissu qui vous servira de patch dans un carré de 10×10 cm² puis découpez votre forme. Enfin, thermocollez votre patch sur le tissu à renforcer.

2/ Assemblage

Coudre les tissus sur l’envers à partir du bas de l’espace pour le bras jusqu’à l’emplacement de la fermeture éclair.

3/ Pose du biais

Avant de poser le biais, le contour de la turbulette est coupé tout en laissant une marge de 1 cm au niveau de la couture réalisée précédemment.

Le biais est posé avant la fermeture éclair car je le veux le long de la fermeture éclair. Pour me faciliter la tâche, j’utilise un pied adapté qui me permet de coudre le biais en une seule fois.

4/ Pose de la fermeture éclair

La fermeture éclair est une étape délicate et mieux vaut prendre son temps.

5/ Pose des pressions

Avec une pince Prym les pressions plastiques sont mises en place en 1 minute.

6/ Finitions

Pour finir proprement la turbulette, les fils sont arrêtés avec le pied coupeur :

Voici donc à quoi ressemble la turbulette qui emmène mon petit bout au pays des rêves pour des escapades dans la jungle 🙂

Et voici la seconde tubulette pour des escapades musicales 😉

 

Share Button

Poche à dents de lait

Posted on

Bonjour à tous,

il y a 15 jours de cela ma sœur m’a demandé de fabriquer pour ses enfants des étuis à dents de lait pour que la petite souris vienne échanger la dent tombée par une pièce. Son idée était assez précise donc je me suis appuyée de la photo envoyée pour réaliser ceci :

etui_dents_lait_verobrico (10)

Réalisation :

Comme vous le constaterez, la conception est assez simple.

Dans un premier temps, il vous faut un patron en forme de dent. Comme je ne sais pas dessiner, j’ai pris une image sur internet que j’ai dans un premier temps agrandit (15 cm de haut). Puis j’ai élargi la racine afin de faciliter la mise sur l’endroit de la dent (photo n° 1). Après impression sur papier de mon patron, j’ai découpé à ses dimensions de la ouate de 2 cm et 3 pièces de tissu blanc (oui, mes dents sont propres !) (photo n° 2).

etui_dents_lait_verobrico (1)

Le patron est reporté de manière partielle et entière sur 2 des pièces de tissu (photo n° 3) et un angle de la dent est rabattu et ourlé pour faire l’ouverture de la poche à dents de lait (photo n° 4).

etui_dents_lait_verobrico (2a)

Comme le montre la photo n°6, un mille-feuilles est ensuite monté : pièce de tissu vierge / ouate / tissu avec dent partielle/ tissu avec ourlet posé sur l’envers (photos n°5).

etui_dents_lait_verobrico (3)

Le mille-feuilles est épinglé et on peut désormais coudre entièrement l’ensemble en suivant le contour de la dent (photo n°7) puis le pourtour est découpé en gardant 2 à 3 mm de marge extérieure (photo n°8).

etui_dents_lait_verobrico (4)

La dent est mise sur son endroit via l’ouverture de la poche créée en début de projet (photos n°9). Au passage, on observe sur la photo n°10 un coin moche car la ouate et le tissu ne sont pas ourlés.

etui_dents_lait_verobrico (5)

Pour cacher ce « détail » disgracieux, ainsi que pour éviter que le tissu se délite, une couture zigzag est réalisée sur tout le contour de la dent. Les photos n°12 montrent mes réglages machine et la photo n°13 le résultat de la couture (mettez vous bien sur le bord de votre ouvrage).

etui_dents_lait_verobrico (6)

etui_dents_lait_verobrico (7)

Enfin pour éviter que la dent de lait se perde dans la racine, une couture au fil blanc délimite la racine de la dent (photo n°14) :

etui_dents_lait_verobrico (8)

Lancée dans mes dents, j’en ai fait une première collection afin d’en offrir  aux petits loups de notre entourage. En effet, même si j’aime beaucoup offrir des bouillottes en lin aux nouveaux nés (elles soulagent les maux de ventre), je pense offrir des poches à dents de lait aux nouveaux nés ainsi qu’aux grands frères et grandes sœurs 🙂

Sans attendre le lavage qui efface les repères de couture, les deux premières dents ont été offertes il y a deux jours à un petit Paul et à sa petite sœur Valentine qui se trouve être encore trop jeune pour avoir des dents 🙂

etui_dents_lait_verobrico (9)

Share Button

Bouillotte sèche

Posted on

J’ai acheté l’autre jour une bouillotte sèche au blé en forme de poisson. J’ai vraiment aimé le concept mais je regrette l’absence de housse  lavable. Je me suis donc mise à l’ouvrage et ai exploité Mamanbrico et sa machine à coudre pour faire mes bouillottes sèches.

Voici donc la description des étapes de fabrication :

1/ Préparation

Choisissez des tissus sans fils métalliques en prévision du chauffage au micro-onde et lavez les avant de commencer votre ouvrage car ils risquent de rétrécir au lavage. De plus, pensez à repasser chaque pièce avant de la travailler.

2/ Fabrication du coussin intérieur

De manière arbitraire, j’ai pris un carton d’environ 23,5 x 14 cm² comme patron. Pour un coussin, j’ai reproduit deux fois le carton sur l’envers du tissu avec un feutre qui part à l’eau (spécial enfant). Puis j’ai découpé le contour du rectangle  (47 x 14 cm) en laissant une marge sur tout le contour d’1 cm. Les rebords sont cousus sur l’envers après avoir plié le tissu. Un petit trou est laissé pour pouvoir retourner et remplir la housse ultérieurement.

1

3/ Fabrication de la housse extérieure

Cette housse est conçue comme une taie d’oreiller. Reportez le patron et prévoyez deux ourlets et une bande pour faire le rabat intérieur. La photo ci-dessous donne l’exemple.

Les ourlets sont fais en pliant trois fois le tissus vers l’intérieur et ils sont marqués, tout comme le rabat,  au fer à repasser. Les ourlets sont ensuite cousus.

Enfin, la housse est assemblée sur l’envers, rabat compris.

2

4/ Rinçage et repassage

Après avoir rincé toutes les pièces, elles sont toutes repassées. La housse du coussin doit absolument être rincée et séchée avant l’étape de remplissage car sinon le lin moisira.

3

 5/ Remplir le coussin

A l’aide d’un entonnoir, remplissez le coussin de lin ou de blé puis refermez le trou. Le lin se trouve en grande surface dans les rayons bio et coûte environ 3,50 €/kg.

5

Pour ces coussins, j’ai choisi le lin et non le blé parce que je trouve que le blé sent fort. En plus de l’odeur de pain que n’a pas le lin, les graines de lin sont plus petites que le blé.

N.B. : Certaines personnes utilisent tout simplement du riz.

46/ Fin

Mettez le coussin dans sa housse puis une minute trente au micro-onde pour profiter d’un moment cocooning ou bien faites plaisir en les offrant.

N.B. : Parole de meunier, ce qui chauffe le blé est l’eau (d’ailleurs trop d’humidité dans le blé peut être cause d’incendie dans les minoteries) donc mettez un verre d’eau au micro-onde pour faire chauffer votre bouillotte. Ceci est aussi valable pour les bouillottes au lin.

Pour celles et ceux qui veulent une bouillotte toute faite vous pouvez me contacter et l’on s’arrangera.

6

Merci Mamanbrico pour ton aide


Share Button