Réglage du thermostat d’un chauffe-eau électrique

Posted on

Il n’est pas rare de constater qu’un cumulus venant d’être installé chauffe trop. Mise à part, cette sensation de douche brûlante, il est très important de bien régler son chauffe-eau. Depuis 2005, un décret réglemente la température de réglage des appareils de production d’eau chaude entre 55°C et 60°C (JORF n°291 du 15 décembre 2005 page 19295 texte n° 36).

Pourquoi une limite basse à 55°C ? Un cumulus qui chauffe à des températures inférieures à 50°C présente un risque sanitaire important en favorisant la légionellose ainsi que la prolifération de bactéries et de microbes dans le ballon d’eau chaude et les canalisations.

Pourquoi une limite haute à 60°C ? Il est impératif que le cumulus ne chauffe pas au-delà de 60°C afin de prévenir le risque de brûlure. De plus, les températures trop élevées favorisent le dépôt de calcaire/tartre dans le ballon d’eau chaude et les canalisations. Enfin une température trop élevée engendre une surconsommation électrique pour chauffer le cumulus ainsi qu’une augmentation de la consommation d’eau froide pour obtenir une eau tiède.

Donc, une température optimale d’un cumulus prévient d’un risque sanitaire potentiel, d’un risque de brûlure et est source d’économie à trois niveaux :

1/ l’entretien de la chaudière électrique et des canalisations en limitant le dépôt de calcaire ;

2/ l’électricité consommée pour chauffer le ballon d’eau chaude ;

3/ l’eau froide utilisée en plus grande quantité pour tiédir l’eau.

A savoir : Il est impératif d’entretenir et de faire vérifier un chauffe-eau électrique au moins une fois par an par un professionnel (contrat d’entretien).

Afin de faire des économies d’énergie, il est conseillé de mettre un isolant thermique (e.g., laine de verre etc.) autour d’un cumulus installé dans une zone non isolée (e.g., garage, extérieur etc.). En effet même si le ballon est conçu pour prévenir la déperdition de chaleur mais dans les pièces types garages, le dispositif ne suffit pas notamment l’hiver.

Un chauffe-eau bien entretenu et bien réglé peut permettre de faire entre 10% et 20 % d’économie soit environ entre 15 € et 100 € par an. Une diminution d’un degré d’un cumulus peut engendrer une réduction d’énergie jusqu’à 7%.

Enfin, pour faire plus d’économies, il est possible d’installer un robinet ou une poire de douche éco-mousseur (poire de douche : env. 20 €, éco-mousseur de robinet entre 5 et 10 €) qui permet de consommer moins d’eau tout en conservant le débit d’eau.

Matériel :

– 1 tournevis plat;

– 1 tournevis cruciforme.

Procédure pour régler un cumulus :

1/ Couper l’alimentation électrique du chauffe-eau au niveau du tableau électrique (Photo 1).

thermostat_cumulus_verorbico (1)

2/ Sous le cumulus, il y a en général un capot en plastique qui cache le thermostat (Photo 2).

thermostat_cumulus_verorbico (2)

3/ Retirer les vis du capot (Photo 3).

thermostat_cumulus_verorbico (3)

4/ Le thermostat se trouve à la base du ballon d’eau (Photo 4).

thermostat_cumulus_verorbico (4)

5/ Tourner la rondelle en plastique pour régler la température du thermostat (Photo 5).

thermostat_cumulus_verorbico (5)

A noter : il est possible qu’il soit nécessaire d’utiliser un tournevis plat pour régler le thermostat. Selon les modèles, il peut y avoir un bouton de sécurité à enfoncer avec un tournevis plat pour effectuer le réglage de la température. De plus, la graduation de la température peut varier d’un modèle à un autre (degrés Celsius, étalonnée de 1 à 5 (Photo 5) ou renseignée par un gradient d’épaisseur croissante).

6/ Remettre l’alimentation de chauffe-eau (Photo 6).

thermostat_cumulus_verorbico (4)

7/ En fonction de la taille du cumulus et de l’utilisation d’eau, attendre entre 12h à 3 jours pour tester l’eau du robinet à l’aide d’un thermomètre (Photo 7).

thermostat_cumulus_verorbico (7)

A noter : les thermomètres de cuisine sont souvent les plus performants car ils peuvent mesurer des températures élevées (T°C > 100°C).

8/ Répéter la procédure si la température si nécessaire i.e., non comprise entre 55°C et 60°C.

Marie

Share Button

Les doudous chaussettes de Marie

Posted on

Bonjour à tous,

Comme promis, voici la suite des doudous chaussette de Marie. Par souci de clarté, certaines étapes ont été filmées.

doudou_chaussettes_verobrico

Matériels :

. Une paire de chaussette ;

. Une paire de ciseaux ;

. Feutres (tissus) blanc et noir ;

. Du rembourrage à coussin ;

. Fil + aiguille ;

. Accessoires : boutons, petits bandeaux en satin etc.

Étapes de fabrications :

1. Découper la paire de chaussettes ;

2. Sur l’envers, faire quelques points à l’aiguille pour faciliter le travail à la machine à coudre ;

3. Refaire des points propre à la machine à coudre, toujours sur l’envers ;

4. Ne pas oublier de laisser un trou sur chaque pièce pour mettre le rembourrage ;

5. Rembourrer chaque pièce avec du rembourrage (molton) anti-acarien à coussin ;

6. Assembler les pièces les unes avec les autres ;

7. Fermer le doudou :

8. Avec du feutre blanc et noir, faire les yeux (plus adapté pour les petits) :

9. Avec du fil et une aiguille, faire la bouche et les moustaches :

Share Button

Les patrons des doudous chaussette

Posted on

Bonjour à tous,

Marie s’est lancée dans l’industrie du doudou chaussette. Novice en couture, elle s’est piquée au jeu et vous présente aujourd’hui toute la  ménagerie créée pour les petits bouts.

Dans ce premier article vous découvrirez les patrons de ces doudous tandis que la fabrication des yeux, du nez et des moustaches sera détaillée dans l’article de la semaine prochaine dont voici déjà le lien : Doudous chaussette.

doudou_chaussettes_verobricoMatériels :

. Une paire de chaussette ;

. Une paire de ciseaux ;

. Feutres (tissus) blanc et noir ;

. Du rembourrage à coussin ;

. Fil + aiguille ;

. Accessoires : boutons, petits bandeaux en satin etc.

 

Voici donc les différents patrons proposés par Marie :

doudou_chaussette_verobrico (1) doudou_chaussette_verobrico (2) doudou_chaussette_verobrico (3) doudou_chaussette_verobrico (4) doudou_chaussette_verobrico (5) doudou_chaussette_verobrico (6) doudou_chaussette_verobrico (7)

 

Share Button

Entretien d’un lisseur à cheveux par Marie

Posted on

Profitons un peu des vacances pour entretenir son matériel beauté. Marie revient avec une nouvelle astuce pour entretenir votre lisseur à cheveux :

Depuis quelques jours, mes cheveux frisottent comme s’il y avait beaucoup d’humidité dans l’air alors que nous sommes en plein mois de juillet ! Mais mais pourquoi ?!?!?!?!?!?!

Les shampoings et les crèmes (etc.) ont graissé peu à peu les plaques du fer à lisser. Pour le nettoyer sans l’abîmer, j’utilise :

  • de l’alcool à 90°C ;
  • un coton ou autre tissu non abrasif, pour ne pas rayer vos plaques (Photo 1).

entretien_lisseur_verobrico (1)Avant de commencer l’entretien, vérifiez que le lisseur soit éteint et non branché.

Avec le coton imbibé d’alcool à 90°C, frottez délicatement les plaques de votre fer à lisser. N’hésitez pas à répéter l’opération pour retirer totalement la pellicule graisseuse. Sachant que l’alcool à 90°C s’évapore très vite, vous pouvez réutiliser votre fer à lisser directement après l’avoir nettoyé.

entretien_lisseur_verobrico (2)Voilà donc une astuce simple et efficace qui vous fera gagner du temps le matin 😉

 

Share Button