Jardinière Design 100% récup

Posted on

Bonjour à tous,

Tout d’abord je tiens à remercier Stéphane, Clotilde & Éric ainsi que Barbara et Marie pour avoir partagé avec nous leurs projets tout au long de l’été.

Maintenant que notre terrasse n’est plus en chantier, il est temps de faire un peu de déco. Ce projet vient sur la fin de l’été car il a été conçu cette semaine mais heureusement il reste suffisamment de soleil pour profiter de nos jardins et de nos terrasses. 

Pour fabriquer cette jardinière, j’ai utilisé la chute d’un chantier mezzanine (pas chez nous) et une caisse à vin que j’ai peintes. Les photographies n°1 à 3 présentent la décoration de ces deux éléments. Pour le moment la peinture n’est pas protégée par du vernis marin ou un vitrificateur car la terrasse est à l’abri des intempéries. Cette étape se fera donc plus tard.

jardiniere_verobrico (1)

Pour fixer et sécuriser la jardinière deux équerres sont vissées de chaque côté de la chute (photographies n°4 et n°5) :

jardiniere_verobrico (2)

Un crochet est ensuite vissé afin d’accrocher ultérieurement une lanterne. Pour que la profondeur de perçage corresponde à la longueur du crochet, un bout de scotch sur la mèche à bois sert de témoin (photo n°6).

jardiniere_verobrico (3)

Enfin, trois vis sont pré-vissées dans le fond de la caisse à bois afin de faciliter la fixation de la caisse sur la chute de bois :

jardiniere_verobrico (4)Et voilà comment avec trois fois rien et en moins d’une journée, on fabrique une jardinière design pour pas un sous :

jardiniere_verobrico (5)

 

Share Button

Fabrication d’un toboggan par Stéph

Posted on

Bonjour à tous,

C’est Stéphane qui ouvre le bal de l’été avec un article qui sent bon les vacances 🙂 Merci beaucoup pour ta contribution qui j’espère inspirera les lecteurs réguliers comme les visiteurs de passage. Et si comme Stéphane vous avez envie de partager vos projets, n’hésitez pas à me contacter 😉

Roi parmi ses trois Princesses, Stéphane a construit pour ses pépettes un toboggan calqué sur ceux que l’on peut voir dans les squares. Voici donc le détail de son projet qui commence par un petit tour en magasin de bricolage :

toboggan_verobrico (1)

Heureusement pour nous, Stéphane a conservé sa liste de courses :

Matériels :

A noter que dans la liste du matériel, 4 poteaux marrons ont été commandés. Une erreur corrigée directement par le vendeur qui les a changé par des poteaux couleur pin.

toboggan_verobrico (2)toboggan_verobrico (3)

Étapes de constructions :

1) Fabrication de deux armatures en forme de « H »

La fabrication de ces deux « H » nécessite (schéma n°1) :

  • 2 poteaux (verticaux) pour les montants ;
  • 1 lame (horizontale) de 1 m pour la traverse.

toboggan_verobrico (4)Ayant acheté une dalle (plancher) de 1 m x 1 m, les traverses ainsi que l’écartement entre les armatures en « H » doivent être ajustées à ces dimensions afin que la dalle repose parfaitement sur cette structure (schémas n°1 et n°2).

toboggan_verobrico (5)Après avoir scié la lame (traverses vertes sur les schémas) de chaque armature, traverses et montants sont percés pour faire passer la visserie (schéma n°1). Pour que la glissière du toboggan ait une pente correcte, la dalle du plancher doit être à 1,20 m du sol (cf. fiche technique de la glissière). Pour cette raison, les poteaux sont percés à une hauteur de 1,08 m (schéma n°1).

2) Planter les 4 supports de poteau et mise en place des 2 armatures en « H »

Réfléchir dès maintenant si vous souhaitez mettre un genre de tapis d’extérieur au sol pour amortir la descente des petites crapules.

En fonction de votre sol et de l’organisation de votre jardin, repérez où seront positionnées les armatures en  « H ». L’écartement entre les deux structures doit être de 1 m. Afin que la dalle repose sur les traverses, les armatures en « H » doivent impérativement être orientées de façon à ce que les traverses se situent à l’intérieur de la structure (schéma n°2 et photo n°2). Elles se font face.

toboggan_verobrico (1)A noter que ce n’est pas grave si ce n’est pas parfait car ensuite il y a toujours un peu de jeu pour rapprocher/écarter les « H » avant de fixer la dalle

Planter les 4 supports poteau métalliques à la masse en prenant garde de ne pas les déformer.

Petite Astuce : mettre éventuellement un bout de bois (un martyr) dans les supports sur lequel on peut taper sans tordre le métal.

Une fois les 4 supports en terre, les « H » sont mis en place.

3) Positionner le plancher

Après avoir positionné le plancher sur les traverses, des équerres viennent fixer l’ensemble (cercles blancs sur photo n°2). Ne pas lésiner sur le nombre de vis et d’équerres.

4) Fixation du toboggan et de l’échelle

Le toboggan (glissière) est simplement vissé sur la dalle (photo n°3) et pour la sauvegarde des petits doigts, il est conseillé de fixer la partie basse du toboggan au sol 😉

toboggan_verobrico (6)Puis fixer les attaches de l’échelle de mezzanine (photo 4a). L’échelle étant trop grande, découpez le haut de l’échelle et accrochez-la à ses fixations (photo 4a).

A noter que l’échelle est coupée de manière asymétrique (photo n°4b). Cela vous permettra de la visser au montant du toboggan. Option de sécurité à réfléchir car sans échelle, les enfants ne peuvent pas monter sans surveillance…

toboggan_verobrico (7)La photographie 4C rend compte de l’allure générale du toboggan :

toboggan_verobrico (4C)5) Les garde-fous

– Pour protéger les enfants, une lame est découpée, positionnée et vissée à 40 cm du plancher sur les 2 côtés sans glissière ni échelle (photo n°5).

toboggan_verobrico (8)Attention : selon les enfants il peut être préférable de fixer des panneaux pleins pour être sûr qu’ils ne se glissent pas sous la rambarde de sécurité.

– Côté toboggan, fixez une barre à 60 cm du plancher, soit quasi en haut des poteaux (photo n°5).

– Côté échelle, il faut fixer un montant qui permettra à la fois de poser un toit (pour se protéger du soleil comme de la pluie) et de fixer le garde fou (photo n°6).

toboggan_verobrico (9)

6) Finitions et protection du bois

La première finition est le positionnement des chapeaux sur le haut des poteaux. Selon le modèle de chapeau acheté, il suffit juste de les coller avec de la colle à bois ou bien on pré-perce les poteaux avant collage pour consolider l’ensemble avec une cheville.

Nota Bene : par sécurité, je vous conseille vivement de retenir cette dernière solution qui évitera à un enfant de s’accrocher à un chapeau mal fixé qui pourrait le faire tomber. Si le modèle de chapeau acheté n’est pas chevillé, vous pouvez l’adapter grâce à la méthode indiquée dans cet article : ‘Fixer un plan de travail‘.

Enfin, ce jeu restera dans le jardin alors il est bon de le protéger des intempéries. Vous pouvez le peindre avec de la peinture bois adaptée à un environnement extérieur (exemple : peinture à volet) mais vous pouvez aussi le vernir avec du vernis bateau (très robuste) ou avec ou charpente. A vous de voir 😉

7) Options suggérées

Les deux options présentées ci-dessous sont des évolutions possibles et simples à réaliser de ce toboggan.

  • La première option est de fermer partiellement la partie inférieure de la structure avec des planches (bois de palette, plaques de bois entières, ….) afin de créer une petite cabane.
  • La seconde option est d’intégrer un mur d’escalade pour bambin. Si vos enfants sont jeunes, je vous conseille de fixer les prises d’escalade sur un plan incliné qui peut éventuellement être redressé pour suivre l’évolution des enfants.

Bien entendu ces deux options sont compatibles et certainement pas les seules alors à vous de faire fonctionner votre imagination et de discuter avec les enfants pour l’aménagement des jeux.

Share Button

Fabrication facile de moustiquaire

Posted on

Bonjour à tous,

Par ces fortes chaleurs il est important de faire entrer la fraîcheur. Pour ouvrir les fenêtres tranquillement la nuit sans que les moustiques et autres bestioles viennent me taquiner, j’ai confectionné des moustiquaires sur mesure et totalement démontable.

Avant d’aller en mercerie acheter le matériel nécessaire, les dimensions intérieures des fenêtres ont été relevées (photos 1 et 2). Le laie de moustiquaire faisant 3 m de large, seul 1 m de tissu (7,5 € le mètre) a été acheté (les fenêtres font 70 x 90 cm). Avec ceci, j’ai acheté du velcro (2 €) et du scotch double face (10€) pour surface lisse et résistant au milieu extérieur. Le prix de revient d’une moustiquaire est donc inférieur à 5 €.

moustiquaire_verobrico_1Mon conseil n°1 : Faire bien attention à acheter de la moustiquaire et non du tulle ou un autre tissu de ce type. En effet, la moustiquaire est un « tissu » de nylon très résistant aux agressions extérieures alors que le tulle par exemple est entre autre fait de coton ou de soie, des matières fragiles.

Mon conseil n°2 : N’optez pas pour un tissu blanc mais plus pour du vert, du noir ou du jaune qui s’avéreront des couleurs plus discrètes que le blanc.

Mon conseil n°3 : Pour faire des économies, n’achetez pas votre moustiquaire dans une grande surface de bricolage mais rendez vous dans un magasin de tissu.

Voici les étapes de fabrication des moustiquaires :

1. Confection du rectangle de tissu :

Dans un premier temps, les dimensions de la fenêtre sont reportées sur le tissu avec un feutre qui disparaît dans l’eau (Photo 4). Autour de ce rectangle, je prends en compte une bande extérieure qui me servira à ourler le tissu (photo 5).

moustiquaire_verobrico_2Une fois le rectangle cousu, il est trempé quelques secondes dans l’eau pour faire disparaître le feutre (photo 6) puis est séché (photo 7).

moustiquaire_verobrico_32. Mise en place des points de fixation :

Je n’ai pas voulu d’un cadre de fixation en bois comme on peut le voir fréquemment car habitant au quatrième étage, je ne peux pas venir le poser de l’extérieur et faire tomber le moindre outil serait dangereux.

Ainsi, pour cette seconde étape la partie douce du velcro est cousue sur les côtés de la moustiquaire. Vous pouvez parfaitement mettre du velcro sur toute la circonférence mais personnellement j’ai opté pour du velcro à chaque angle ainsi que trois bandes sur chaque côté (photo 8).

Petite Astuce : Pour plus de discrétion, le velcro est coupé de façon à ce que sa largeur corresponde à celle de l’ourlet.

Pour finir la moustiquaire, le scotch double face est collé sur la seconde partie du velcro (photos 9 et 10).

moustiquaire_verobrico_43. Mise en place de la moustiquaire :

Avant de coller la seconde face du scotch, il est très important de laver l’encadrement de la fenêtre afin d’optimiser l’adhérence du scotch (photo 11).

La photo 12 montre que la largeur des fixations correspond à la largeur de la rainure du cadre de la fenêtre. Ainsi, le velcro est parfaitement dissimulé et la moustiquaire installée épouse parfaitement les dimensions de la fenêtre.

moustiquaire_verobrico_5Nota Bene : Lors d’un test, la largeur de la bande de velcro était de 2 cm et il était donc trop large pour être caché par l’ourlet. Comme le montre la photo 14, ceci faisait particulièrement moche :

moustiquaire_verobrico_6Comme le montre la photo 15, la fermeture de la fenêtre n’est pas gênée par la moustiquaire. Elle ne gâche pas non plus la vue sur les arbres.

Mon conseil n°4 : Pour que la moustiquaire soit efficace, il est indispensable qu’elle soit bien tendue.

moustiquaire_verobrico_7

Share Button

Boutures de plantes grasses (2)

Posted on

Bonjour à tous,

aux portes du Printemps, voici des nouvelles des boutures de plantes grasses que je cultive depuis un an maintenant. Pour mémoire, le lien de l’article est ici.

La croissance de ces plantes n’est pas rapide mais il est assez satisfaisant de les voir grandir 🙂

1an_plus-tard

Share Button