Fabrication d’un escalier pour lit bébé

Posted on

Aujourd’hui c’est SuperPapa qui écrit sur le blog de Vérobrico !

Les petits garçons grandissent, et ils ont de plus en plus envie de monter et descendre tous seuls de leur lit. Problème, même en étant très courageux, leurs lits sont des lits à barreaux trop hauts pour monter et descendre sans danger quand on a un peu plus de deux ans.

Pour remédier à ça, j’ai fabriqué deux escaliers sur mesure, avec la double fonctionnalité de servir de super cachette.

Pour cela, j’ai dessiné un plan papier pour formaliser la forme globale de l’escalier. J’y ai détaillé les dimensions de chaque pièce pour les faire découper. Par solution de facilité de calcul, j’ai utilisé du medium d’épaisseur 1cm. La réalisation de ce plan et de l’établissement des dimensions des pièces est l’étape la plus longue qui nécessite de la rigueur. Au final je ne me suis presque pas trompé !

J’ai pris du medium tout simple mais on peut faire aussi avec du contreplaqué, mais qui sera plus cher. Ici environ 15€ de matériau pour deux escaliers. L’utilisation du medium est plus dans l’idée de faire un meuble temporaire « vite fait » et pas cher, quitte à le refaire en contreplaqué plus tard si besoin.

Rendez vous dans le magasin de bricolage le plus proche avec mon papier détaillant toutes les mesures, et me voilà avec plein de morceaux à assembler. Il n’y a plus qu’à !

Première étape, j’identifie chaque pièce en la marquant au crayon (Photo 1).

Je commence par assembler le fond et les côtés (Photo 2). J’assemble tout cela avec des clous et des vis à bois (enfin avec ce que j’avais dans l’atelier). Je n’ai pas utilisé de colle à bois mais cela aurait été encore mieux. Une fois retourné, j’installe un plaquage intérieur pour soutenir la future marche (Photo 3).

Pour la face avant de la marche, j’identifie le centre avec les diagonales et je perce à la scie cloche de 67 mm (Photo 4). Cela fera un petit trou par lequel les enfants pourront cacher des choses sous la marche !Mise en place de la contre marche (face avant) et de la marche (Photo 5). Même opération pour la marche supérieure (Photo 6). Ce sera solide !

Je me retrouve alors avec un caisson presque fini (Photo 7). Cependant le coin est assez gênant, je coupe alors un coin en sciant sur un triangle de 15cm x 15 cm, tracé ici au crayon (Photo 8). Avec du papier de verre j’adoucis les bords.Et voilà le résultat ! On peint alors. Comme d’habitude, d’abord les angles / coins, et on passe plusieurs couches. La peinture utilisée est un reste de la restauration des lits des enfants (référence : Attitude Récup’ de Ripolin).

Les escaliers ne sont pas entrés de suite dans la chambre afin de faire dégazer le bois et la peinture. Les voilà terminés, et en service ! Immédiatement adoptés par les petits, le premier jouet caché sous la marche y a été placé en moins d’une minute… et la biscotte écrasée, 15 jours après l’installation dans la chambre !

Pour faciliter l’accès au lit, la traverse que nous avions ajoutée pour la sécurité a été retirée au grand plaisir de deux petits spectateurs.

Voilà comment dire adieu aux grasses matinées que nous faisions jusqu’à 8h30. Oui, nous sommes des parents indignes à oreille sélective le week-end 😀

Share Button

Organiseur de voiture

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

Les vacances approchent alors j’ai décidé de commencer à organiser la voiture… Mais pour organiser pourquoi ne pas commencer par la fabrication d’un organiseur dans lequel les lunettes de soleil des enfants mais aussi les livres et les doudous pourront être rangés ??

Pour faire simple, rapide et pour recycler les vieux jeans voici le matériel dont vous aurez besoin :

– les fesses d’un vieux jeans ;

– 2 rectangles de tissus de 40 x 55 cm (+ marges de couture) ;

– 1 rectangle de Decovil light (16€ le mètre) de 40 x 55 cm (+ marges de couture) ;

– 2 sangles de 30 cm.

Bien entendu, les dimensions de l’organiseur dépend de la largeur du popotin qui rentrait dans le jeans ainsi que de la dimension des fauteuils de voiture 😉

La Photo n°1 présente l’agencement du projet :

Le Decovil est tout d’abord thermocollé au rectangle de tissu. Il a pour rôle de rigidifier l’organiseur. Pour faciliter le montage, les fesses du jeans sont cousues comme le montre la photo n°2 :

Le tissu de la face arrière (vert ici) est cousu endroit sur endroit au montage préalablement préparé (photo n°3).

Attention à ne pas coudre les sangles à cette étape (flèches de la photo n°4) car sinon elles seront prises à l’intérieur de l’organiseur.

Une fois mis sur l’endroit, l’organiseur est fermé comme le montrent les photos n°5 et n°6. La périphérie de l’organiseur (sauf la partie jeans) est cousue pour maintenir l’ensemble.

Des petites coutures sont réalisées pour tenir les poches du jeans (photos n°7 et 8).

Voici le résultat. Le miroir est fixé aux sangles et non au fauteuil. Comme les fauteuils ont des tablettes, je rajouterai certainement bientôt une sangle « à hauteur de hanches » (au dessus du jeans) pour la passer derrière la tablette et plaquer ainsi l’organiseur au fauteuil. J’actualiserai l’article quand cela sera fait.Pour un look plus ludique, j’ai accroché au miroir un singe super marrant que de bons amis ont offert aux enfants. Vous pouvez bien entendu prévoir (avant l’assemblage du dos de l’organiseur) des passants pour accrocher des jouets ou les tétines 😉

J’attends l’usure complète d’un jeans de monsieur pour faire mon second organiseur et nous serons prêts pour les VACANCES !!! La photo n°10 illustre la modification apportée avec l’ajout d’une sangle qui plaque l’organiseur à la tablette arrière du fauteuil avant :

Share Button

Insert veste de portage

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

Clotilde a testé le tutoriel de l’insert de portage. Comme elle a intégré son insert sur une veste qu’elle compte garder, les deux fermetures éclair sont cousues à la main sur l’envers de la veste. Il est aussi tout à fait possible de le faire à la machine à coudre avec un point très large. L’insert pourra donc être décousu plus tard 😉

Je crois que maman et bébé en ont profité cet hiver pour flâner lors belles balades ! Il faudrait que je fasse une photo similaire avec mes loulous.

En parlant de flâner, j’en profite pour vous inviter à visiter le nouveau blog de Clotilde, Fâneries mystiques. Vous y retrouverez l’insert. Au passage, notez la fantaisie de la mort qui tue pour l’arrêt cordon :

Je suis en train de préparer le cadeau pour la fête des pères avec un peu d’avance puisque je cours après le temps. Un premier essai a été réalisé donc il ne reste plus qu’à reproduire cette tentative et prendre des photos pour vous montrer tout ça alors à très bientôt.

Share Button

Tutoriel veste de portage

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

avec l’hiver je trouve le portage moins sympa pour les garçons qui se retrouvent coincés et comprimés sous des couches de vêtements. De vrais bibendums qui ont froid aux jambes avec le pantalon qui remonte facilement…

J’ai donc décidé de faire une veste de portage à moindre frais (prix inférieur à 20 €) en recyclant une vieille veste décathlon à la fermeture cassée. N’ayant pas beaucoup de temps, j’ai encore une fois cherché la simplicité, ce qui rend ce tuto accessible à tous. Voici la liste du matériel nécessaire :

– une vieille veste destinée à la poubelle ;

– du softsheld (50 x 70 cm) ;

– 2 fermetures éclairs détachables (65 cm) identiques et compatibles entre elles;

– 1 m de cordon élastique ;

– 2 arrêts de cordon ;

– 2 perles ;

– 2 m de biais.

Comme le montre la photo n°1, j’avais initialement prévu une troisième fermeture éclair de 25 cm pour faire une capuche. Au final, je trouve ce système inutile.

A noter : la longueur des deux fermetures éclair dépend directement de la longueur de votre manteau.

Astuce qui ne vient pas de moi : Si possible, pour adapter la poche à une veste que vous utilisez tous les jours, choisissez une fermeture éclair compatible à la/les veste(s) élue(s). Pour une veste décathlon comme la mienne, la fermeture zip doit être de la maque YKK et de maille 5 (réf : YKK 5CN)

Mon idée est de coudre une poche kangourou sur le devant de la veste. Pour que bébé et papa (ou maman) ne soient pas à l’étroit j’ai décidé de faire une poche ample qui peut être réduite avec un cordon élastique en bas et un second au milieu de la poche (trait central). Là encore, la dimension de la poche dépend du gabarit de chacun 😉

Voici donc la fameuse veste (en softsheld elle aussi). Elle est donc chaude, coupe-vent et déperlante. Sur la photo n°4, vous verrez que l’extrémité de la fermeture éclair est coupée pour retirer le zip.

Je ne me suis pas embêtée à découdre la vieille fermeture éclair (manque de temps). J’ai donc opté pour la superposition de fermetures : une première fermeture éclair est donc cousue directement sur le système de fermeture d’origine (photos 5 et 6).Avec cette première modification, le blouson ferme à nouveau  (photo 7) mais bébé ne peut pas être porté bien au chaud contre son parent (photo 8). Attaquons nous désormais à la poche elle même :

Après avoir coupé la pièce principale décrite par l’image n°2, quatre bandes de tissu sont préparées pour faire les deux coulisses à cordon (photo 9). Les arrêts cordons sont montés avec une perle en bois de couleur (photo 10) puis les cordons élastiques sont cousus sur la poche (photo 11).Une fois les coulisses installées, le biais est cousu sur les côtés latéraux ainsi que sur le haut de la poche :

Enfin, pour adapter la poche à la veste, le deuxième jeu de fermeture éclair est posé. Attention, vérifiez bien de quel côté sont placées la partie mal et la partie femelle de votre fermeture… il serait dommage de devoir défaire pour faire coïncider avec la fermeture déjà posée sur la veste.Et voilà un nounours bien au chaud sur son mannequin. En fonction du froid et du vent, la poche se lève suffisamment pour protéger bébé. L’élastique du bas permet de couper le vent au niveau des jambes et s’il fait bon, on abaisse la poche pour que bébé puisse observer le paysage.

Je n’exclus pas de faire évoluer la veste en cas de grand froid en y ajoutant une couche de polaire à l’intérieur. Elle serait maintenue à chaque coin par quatre boutons pression. Enfin, je vous confirme que la capuche ne sert à rien car s’il pleut, tout le monde se replie sous le parapluie 😉

Et voici ce que ça donne en situation réelle. L’enfant est très confortable et cet emmitouflage invite même aux gros câlins. Papa a lui aussi validé cette veste et les femmes de la crèche ont adoré le système.

J’actualise l’article avec deux photos qui permettent de mieux voir la veste (trop grande pour moi puisqu’elle est à la taille de monsieur 😉 ) Et pour voir l’insert que Clotilde a réalisé suite à cet article, je vous invite à cliquer ICI !

Share Button