Lampe ondulatoire

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui je vous présente le cadeau de Noël offert à ma sœur. C’est une lampe réalisée à partir d’un disque de frein recyclé (merci Nico de me l’avoir donné alors que tu subissais de lourdes pressions par mon cher et tendre qui ne voulait pas des disques dans le garage !) et d’un guide d’onde (merci Séb de m’avoir mis de côté le matériel voué à la poubelle !).

lampe_verobrico (1)

1. La pièce adaptatrice

Comme le montre les photographies ci-dessus, il manque une pièce adaptatrice pour assembler le guide d’onde et le disque de frein. N’ayant pas de quoi travailler le métal à la maison, j’ai donc sollicité le pro du métal alias Super-Lucas. A partir d’un croquis rapide envoyé par email, Lucas m’a fabriqué la pièce manquante dans une plaque de tôle de 8 mm. Comme j’avais oublié sur mon croquis le trou central, j’ai aussi mis à contribution mon très cher et tendre qui s’est bien moqué de moi…. Merci à tous les deux pour cette pièce parfaite !

lampe_verobrico (2)

2. Passer le câble électrique

Un guide d’onde est donc un instrument de précision utilisé en physique pour confiner et guider des ondes. Pour ne pas dénaturer l’onde guidée, l’intérieur de ce guide doit être parfait et doit avoir des dimensions précises. Il  a donc fallu ruser pour passer les fils électriques dans le guide.

Le câble électrique a été dénudé sur une longueur supérieure à la longueur du guide d’onde. Puis le neutre (fil bleu) et la phase (fil marron) sont introduits dans le guide.

lampe_verobrico (4)

Pour faciliter le passage des deux fils, ils sont liés à une ficelle de cuisine boulonnée. La photographie ci-dessous correspond à la sortie des fils en tête de guide d’onde :

lampe_verobrico (3)

3. Montage de la douille

La douille est vissée au guide grâce à une tige filetée et un boulon (se trouvent dans les rayons luminaire). Pour la maintenir centrée beau-papa a désossé un bec verseur apéritif afin de récupérer le caoutchouc.

Une fois la douille en place, la tête du guide d’onde est remise en place.

lampe_verobrico (5)

Avec une jolie ampoule vintage voici à quoi ressemble le haut de la lampe. Comme ma sœur n’aime pas les abat-jours, je n’en ai pas mis mais je lui laisse l’opportunité d’en placer un 🙂

lampe_verobrico (6)

4. Pied de la lampe

Après avoir fait rouiller le disque de frein, la rouille est stabilisée. Cette étape est l’objet de l’article « Comment conserver et stabiliser la rouille » que je vous propose de lire.

Sous le pied de la lampe un nœud est fait pour bloquer les fils électriques et la terre (en jaune) est boulonnée à la carcasse de la lampe comme le montre la flèche blanche.

lampe_verobrico (7)

Et la vue de dessus :

Les rondelles de la photo ne sont pas suffisamment larges, elles ont donc été changées. Les trois pièces maitresse de la lampe sont assemblées avec des vis et des boulons.

lampe_verobrico (8)

5. Finitions

Une fois le câble électrique en place, l’interrupteur est inséré (attention à ne pas couper la terre) et la prise de courant est branchée.

Voici donc la lampe que ma sœur a reçu à Noël. Ce projet aura été un vrai travail d’équipe et je vous remercie tous pour votre contribution 🙂

lampe_verobrico (9)

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *