Tablier japonais

Posted on

Bonjour à tous,

voici le deuxième cadeau de noël confectionné pour aider le Père de Noël, un tablier japonais. J’en ai fait un pour chacune de mes sœurs, soit deux 😉

La plupart des tabliers japonais sont doublés et peuvent être portés comme une blouse. Pour ma part je voulais des tabliers de cuisine alors le coton utilisé est épais. Ce type de tablier est beaucoup plus agréable à porter que les tabliers traditionnels car ils ne pèsent pas sur les épaules et le cou.

Le patron est assez simple (Schéma 1) et ne prend pas en compte les 2 à 3 cm de marge de couture.

Si vous voulez un tablier japonais avec un look plus atelier, élargissez les bretelles et  faite le uniquement dans un coton épais de couleur unie.

1/ Couper le tissu

2/ Fabrication des bretelles

Pour mesurer la longueur des bretelles, le tablier est épinglé sur le mannequin. Ce type de tablier ne se ferme pas et tient en place grâce à ses bretelles qui sont croisées dans le dos.

Aux 66 cm de longueur, il faut ajouter 3 cm pour les marges de couture.

Pour les bretelles j’avais dans mes placards un tissu d’ameublement rouge à motifs jaunes (tissu provençal Souleiado) parfaitement coordonné au jaune du tablier. Deux rectangles de 20 x 69 cm². Le pliage se fait en deux temps (Photo 3) :

Flèches a : Faire deux plis de façon à ce que les deux longueurs se rejoignent au centre (position b de la photo 3)

Flèche b : Plier selon les pointillés blancs et la flèche b

La bande de 5 cm de large ainsi obtenue est cousue sur ces deux longueurs à environ 1 cm du bord.

3/ Assemblage

Les bretelles sont épinglées sur la poitrine et dans le dos de façon croisées (voir Photo 4).

Les bretelles sont cousues cachées dans les ourlets (Photos 5 et 6).Les bretelles sont ensuite maintenues par une couture (Photos 7 et 8).

4/ La poche

La poche est un simple carré de 30 x 30 cm² positionnée sur la droite du tablier (mes sœurs sont droitières). En rappel des bretelles, une petite bande fantaisie est ajoutée avant d’apposer la poche.

Après un passage en machine à laver et un coup de fer à repasser le tablier est prêt pour aller sous le sapin de Noël.

Et avec les détails du dos :

Ma maman est un peu jalouse alors l’idée pour la fête des mère est toute trouvée 😉 Je vais aussi en faire deux pour chacune de mes crapules. Le modèle pour miniatures comportera une subtilité pour le rendre évolutif.

A très bientôt alors !

Véro

Share Button

Boite à bijoux murale

Posted on

Bonjour à tous,

Tout d’abord je vous souhaite une belle année 2019 remplie de beaux projets !

Le premier article de l’année est consacré à la fabrication de l’un des cadeaux de Noël que j’ai eu le temps de finir à l’heure (ne me demandez pas comment j’ai réussi cet exploit !). Le Père Noël m’a demandé de l’aide début décembre pour une commande spéciale pour ma grand-mère, une boite à bijoux pour ranger toutes les « breloques » de Mamie.

J’avais depuis très longtemps le projet d’utiliser un dévidoir à sopalin pour en faire un porte-bijoux alors ni une ni deux, j’ai trouvé ce que je cherchais sur le fameux site de vente entre particuliers. Avec ses deux tiroirs, ce dévidoir a un gros potentiel (Photo 1).

La Photo 2 est une ébauche de l’idée que j’ai en tête : un coffrage arrière et des crochets pour ranger les boucles d’oreilles.

Entre le dévidoir, la peinture et les crochets la boite à bijoux m’a coûté une quinzaine d’euros.

1/ Préparation du support

La première étape est d’arracher les lames qui servaient à couper l’aluminium et les films plastiques (flèches blanches Photo 3 et 4). Le dévidoir est ensuite poncé et essuyé à l’acétone.

Le dévidoir et les planches de coffrage (Photo 2) sont peints avec de la peinture à bois  classique. La peinture a été choisie de façon à correspondre à la décoration de la chambre de mes grand-parents. Pour réduire le coût, j’ai acheté 2 testeurs de peinture bois (pas de rénovation car beaucoup plus cher et inutile).

Je laisse le soin à ma grand-mère de vernir la boite car je ne sais pas si elle ira dans la salle de bain ou dans la chambre.

2/ Montage et décoration

Après séchage de la peinture, le coffrage est agrafé (Photo 5).

Pour environ 2 € j’ai trouvé dans le rayon quincaillerie de Merlin Pinpin des crampillons de 1,6 x 16 mm (Photo 6)

Les crampillons sont positionnés dans la rainure d’une traverse à l’aide d’un petit maillet en bois (Photo 7).Pour une dédicace à Mamie, la boite est ensuite décorée avec des lettres de Scrabble (Photo 8). Les lettres sont collées avec de la colle Cléopâtre (se trouve en grande surface).

3/ Les tiroirs

L’un des tiroirs sera dédié aux bagues. Les Photos de 9 à 12 montrent comment j’ai fabriqué des rouleaux de tissu avec des rectangles de polaire, du tissu et de la colle à tissu.

L’intérieur du tiroir est ensuite installé sur une couche de ouate. Les bagues de ma grand-mère sont volumineuses alors la ouate est trop épaisse. Il faut donc que je la change par un tapis de polaire (évite de frotter les bagues sur le bois).

Le second tiroir  a un simple tapis de polaire couvert du même tissu (Photo 16).

Voici une boîte à bijoux dans laquelle beaucoup de « breloques » peuvent être exposées et rangées. Je trouve que ce modèle de dévidoir se prête particulièrement bien à ce nouvel usage. Qu’en pensez-vous ?

J’ai reçu une photo hier et le porte-bijoux a trouvé sa place dans la chambre. Les bracelets sont rangés sur la barre amovible et les colliers sur celle du milieu.

Et pour plus de détails :

Share Button

Le sac de Mary Poppins en toile de jute

Posted on

Bonjour à tous,

Ça fait un bout de temps que je veux doubler un sac de café pour en faire un sac dans lequel je peux cacher tout mon bouiboui. Il peut aussi faire office de sac à linge sale ou de sac à jouets. Chacun y trouvera son propre usage.

Ce projet est très simple mais nécessite de la place pour la découpe de tissu mais aussi pour la couture (j’ai été embêtée par le mur contre lequel est collé mon bureau pour coudre le sac de jute).

Matériels :

– 1 sac de café ;

– un tissu coton résistant ;

– du thermocollant épais ;

– une cordelette pour fermer le sac.

Fabrication :

1/Doublure extérieure

Le sac de jute est une grande poche rectangulaire sans fond. La première étape est donc de créer un fond façon brique de lait tetra pak. Pour cela, le sac est retourné sur l’envers et les coins sont cousus (pointillés blancs) comme indiqué sur les Photos 1. La photo en insert correspond à l’intérieur du sac après l’avoir remis à l’endroit.

2/Doublure intérieure

Le tissu coton sera la doublure intérieure du sac alors il est coupé un peu plus grand que le sac de jute (prise en compte des marges de couture). En prévision de l’ajout du système de fermeture la hauteur de la doublure est de 28 à 30 cm plus longue que celle du sac en jute.

Le thermocollant est ensuite positionné en dessous des 30 cm réservés pour le système de fermeture (photo 2). La doublure est ensuite fermée sur le côté et le bas. Je n’ai pas cousu les 30 cm conservés pour la fermeture car cette étape est la dernière (fabrication d’une coulisse).

Comme précédemment, le fond est créé façon brique de lait (Photo 3).

3/ Assemblage et fermeture

Comme le montre la Photo 4, la doublure intérieure est positionnée dans le sac et une première couture résistante est faite à 5 cm du haut du sac (pointillés noirs).

La Photo 5 permet de visualiser le système de coulisse. En jaune est localisée la couture pour la coulisse et en noir la dernière couture de la doublure intérieure ourlée sur l’extérieur du sac. Ainsi toutes les coutures sont invisibles !

Voici un schéma expliquant le haut du sac. La dernière couture (pointillés noirs de la Photo 5) n’y est pas renseignée.

Ce sac est tellement énorme que je pense pouvoir y rentrer entière ! Pour le moment j’y range les projets coutures en attente mais il pourra servir de sac à jouets.

Je vous souhaite à tous une bonne fin d’année !

Véro

Share Button

Chaussettes de Noël

Posted on

Bonjour à tous,

Je voulais depuis un bout de temps recycler les vieux pantalons en chaussettes de Noël. Ce petit projet est assez simple et rapide.

Je découpe le pantalon à mi-cuisse et je garde que le devant (Photos 1 & 2). Pour rappel, les fesses du pantalon ont déjà été recyclées en organiseur de voiture.

Le pantalon est plié sur l’envers pour positionner un carré de tissu sur chaque jambe du pantalon au niveau de l’entre-jambe. les carrés ajoutés sont cousus aux entre-jambes.

L’ensemble est ensuite plié sur l’envers pour y dessiner la forme de la chaussette puis je couds (Photos 3 & 4).

La chaussette est dessinée deux fois sur le tissu utilisé pour le bout de la chaussette. Je découpe de façon à conserver une marge de couture puis les deux pièces sont cousues ensemble pour faire la doublure intérieure (Photo 8).

La chaussette intérieure est glissée dans la chaussette pantalon et épinglée sur le haut pour être cousue (Photo 6).

Pour rendre la couture discrète, elle est faite sur les coutures d’origine du pantalon (Photo 7).

Il me reste deux chaussettes à faire mais je n’aurai pas le temps car beaucoup de choses sur le feu et le temps file à toute vitesse entre les cadeaux à fabriquer (m’en reste un), les biscuits de Noël (reste 2 sortes) et un cadeau de naissance à moitié cousu… Petit papa Noël peux-tu descendre m’aider s’il te plaît ?

Je vous dis à la semaine prochaine pour un sac qui pourrait faire une belle hotte de Noël 😉

Share Button