Encore une malle mais pas à moi !

Posted on

Bonjour à tous et à toutes !

J’espère que la rentrée s’est bien passée pour tout le monde. Je reprends doucement la rédaction des articles… Je cours toujours après le temps !

Dans cet article je vais vous présenter la malle d’une copine. L’histoire de la rénovation est amusante puisqu’en cherchant des conseils sur internet, Aurélie est tombée sur le blog. Au fur et à mesure de sa lecture, elle a trouvé que le blog me plairait bien et en voyant la photo du tableau à clef elle s’est dit « Soit c’est le blog de Véro, soit c’est une p#@*$$e qui s’est appropriée ses idées ». J’ai des copines sympas n’est ce pas !

Fin de l’anecdote, voici la malle d’Aurélie :

1/ Le revêtement extérieur de la malle est lavé doucement à l’eau savonneuse (idée de Clotilde). Les parties endommagées sont collées avec de la colle à tissu en spray.

2/ Pour habiller l’intérieur du coffre Aurélie a eu besoin de tissu et de planches de médium assez finies (se trouvent chez Merlin Pinpin). Les plaques sont couvertes de tissu avec de la colle à tissu en spray, tout comme la Malle de voyage.

3/ La plaque du fond est posée en premier.

4/ Le papa d’Aurélie a renforcé les parties fragiles de la caisse avec les plaques en bois (blanches) qu’il faut camoufler (photo 6). D’autre part, des quart de ronds habillent chaque angle vertical de la caisse. Ils peuvent être retirés mais ils apportent du charme. Les quart de ronds sont donc conservés et la découpe des planches doit les prendre en compte. Le nouveau coffrage intérieur de la caisse doit donc être découpé sur mesures. Dans ce genre de situation il est important de faire un montage à blanc (photos 7 et 8).

Une fois couvertes de tissu, les plaques sont collées à la caisse avec du mastic supergrip.

Aurélie s’est posée beaucoup de questions pour le couvercle car les renforts ajoutés pour la réparation faisaient disgracieux (pas la même teinte de bois et assez gros). Au lieu de faire un coffrage du couvercle, compliqué avec les renforts, elle a opté pour l’huile pour meuble chêne doré et l’huile pour poutre chêne moyen. Ces huiles ont unifié le couvercle et atténué la visibilité des renforts.

Voici donc une jolie malle de famille qui reprend du service !

 

 

Share Button

Relooking paravent

Posted on

Bonjour à toutes et a tous,

comme promis voici un nouveau projet qui date déjà de l’été dernier. Ce paravent était de style japonais avec un tissu blanc troué (voir les flèches rouges sur la photo ci-dessous) et le bois noir. Un paravent classique qui devient transparent avec le temps.

N’ayant pas trop le temps de bricoler, Marie s’est occupée de décaper le paravent et d’ôter le tissu d’origine. Mettre à nu le bois est très fastidieux à cause de la colle qui maintenait le tissu, nous avons poncé et nettoyé à l’acétone :

L’effet bois brut est très sympa mais pas dans le style de l’appartement de ma soeur. Si le choix avait été un style industriel ou atelier, le bois aurait juste été ciré.

Deux couches de peinture (Tollens mûrs et boiseries – couleur crayon mine – laqué satin) sont appliquées à la pâte de lapin et au pinceau.

Après séchage de la peinture, une couche de paillettes est appliquée sur l’ensemble du paravent. Au delà de l’aspect esthétique, cette couche protège comme un vernis la peinture.

Les paillettes sont discrètes et donnent du relief de la luminosité à la peinture.L’étape suivant est la découpe et la pose du nouveau tissu. Pour bien tendre le tissu, il est dans un premier temps agrafé au pied du paravent.

Puis de la colle à bois est posée sur le quadrillage pour que le tissu soit bien plaqué au bois. L’excédent de tissu est glissé dans les rainures du cadre.

Les pans sont fixés avec les charnières d’origine. Ce paravent est à la fois zen, féminin (mais pas trop girly comme dirait Marie 😉 ) et intemporel je pense. Qu’en pensez-vous ?

Share Button

Lit bébé des années 80

Posted on

Bonjour à toutes et à tous,

Il y a plus d’un an de cela nous avons modernisé deux lits des années 80 pour bébé . Ces deux lits ont été les lits de mes sœurs et de moi-même. Bien que n’étant pas aux normes d’aujourd’hui nous n’avons rencontré aucun problème de bébé voulant s’échapper pendant un an (et croisons les doigts pour que cela continue).

L’un des lits était resté dans son jus et le second avait été repeint avec une peinture non-adaptée et très compliquée à retirer. Pour mettre à nu le bois, le premier lit a été poncé mais le second a dû être décapé. Je vous ai présenté il y a un bout de temps déjà ce décapage via une vidéo que vous trouverez ICI. avant de peindre le lit nous avons laissé le lit s’aérer à l’extérieur car les décapants ne sont pas terribles pour la santé.

Avant l’application de la peinture, la sous-couche Liberon pour surface lisse (entre 25 et 30 € le litre) est appliquée pour favoriser l’adhérence de la peinture.

La peinture employée est la même que celle utilisée pour la table à langer, qui a d’ailleurs été refaite après les lits. La peinture choisie est la peinture à l’eau Attitude Récup’ de Ripolin dont le test vous a déjà été présenté.

Depuis peu nous retrouvons les garçons assis dans leur lit alors, même s’ils ne sont pas téméraires, nous avons décidé d’installer une barrière de dissuasion. Pour cela un tasseau de la même épaisseur que celle du pan de lit maintenu par deux vis à la tête de lit et une au pied suffit. On a fait les choses rapidement mais trois tourillons auraient dû être installés afin de ne pas percer la tête et le pied de lit. Pour protéger la peinture, pensez à positionner du scotch de peintre avant de percer.

Voici  donc les lits de nos chérubins. Une seule barrière par lit a été posée mais nous avons gardé de quoi faire le deuxième côté de lit.

Lorsque les garçons chercheront à s’évader nous élèverons cette barrière afin qu’ils échappent de moins haut pour que la chute fasse moins mal 😉

Les couleurs des deux lits se trouvent dans les bandes de la table à langer afin de faire une chambre unie et colorée 😉

Share Button

S.O.S. logement humide

Posted on

Peu de temps après avoir loué un appartement en rez-de-chaussée dans une vielle maison de bourg j’ai découvert un dégât des eaux qui a été dissimulé avec de la peinture par le précédent locataire (Photo 1). Parce que de telles catastrophes sont compliquées et longues à résoudre, voici quelques astuces.

logement_humide_verobrico (1)
D’un point de vue sanitaire, l’odeur engendrée ainsi que les moisissures (salpêtres), peuvent être source ou facteur aggravant d’allergie et/ou d’asthme. Lire le rapport Contaminations fongiques en milieux intérieurs : Diagnostic / effets sur la santé respiratoire / Conduites à tenir. Conseil Supérieur d’Hygiène Publique De France, Groupe de travail « Moisissures dans l’habitat ».

De plus, l’humidité ambiante peut favoriser ou majorer les douleurs ostéo-articulaires de type arthrogène.
Voici quelques recommandations ICI.

1. Procédure
Lorsque vous découvrez un dégât des eaux, il ne faut pas hésiter à contacter votre assurance habitation :
– Si vous êtes propriétaire, vous aurez une franchise à payer (en fonction de votre contrat) et vous serez indemnisé en fonction de l’évaluation, effectuée par l’expert d’assurance, du coût de la recherche de fuite et des travaux de rénovations inhérent au sinistre.
– Dans la mesure où vous êtes locataire, votre assurance contactera l’assurance du propriétaire et aucun frais vous sera facturé.
Personnellement, il y a eu un délai de plusieurs mois entre la déclaration et la venue de l’expert d’assurance (de 2 à 3 mois). Donc, j’ai relancé l’agence immobilière par laquelle je loue. Celle-ci s’est ensuite occupée des démarches administratives. En parallèle, j’ai recontacté mon assurance qui a relancé l’assurance du propriétaire. J’ai continué à payer mon loyer afin de ne pas me retrouver dans une situation hors la loi qui m’aurait mise à défaut.
Après le montant d’indemnisation fixé par l’expert d’assurance, la recherche de fuite a pu avoir lieu.
Sachant que le temps de réparation puis de rénovation du logement étaient très long, j’ai contacté le Service Communal d’Hygiène et de Santé de la mairie afin de réaliser une évaluation sanitaire du logement et inciter l’agence à rénover mon logement dans les plus brefs délais. L’effet fut immédiat. Dans la semaine, un déshumidificateur a été installé en perspective d’une rénovation. Après trois semaines de fonctionnement, les taux d’humidité au niveau des murs ont diminué mais restaient anormalement élevés. Donc, pour vérifier la présence d’une autre fuite, nous avons fait le choix de retirer le déshumidificateur et de mesurer le taux d’humidité des murs de manière quotidienne. Et là, surprise ! Une odeur pestilentielle est retrouvée dans l’appartement ainsi qu’un taux d’humidité qui a augmenté de manière très significative et plus étendue.
Au final une dizaine de fuites ont été identifiées dans l’appartement. De gros travaux ont été effectués avec entre autres la destruction du carrelage pour atteindre les fuites situées au niveau du sol.

2. reconnaître un cache-misère
La toile de verre a comme propriété de retenir l’humidité. C’est pourquoi elle est souvent utilisée dans les salles de bain et sanitaires des logements. Elle a le même rôle lorsque les murs sont chargés en humidité. La conséquence est que l’humidité est retenue dans le mur et la découverte d’un potentiel dégât des eaux est retardée (Photo 2). Ceci est d’autant plus vrai que le logement est au rez-de-chaussée d’une vieille bâtisse.

logement_humide_verobrico (2)
Le contre-plaqué, tout comme le lambris, a pour vocation de « cacher la misère ». Il est important de se méfier de ce genre d’aménagement car il peut cacher des murs moisis ou très abîmés (Photo 3).

logement_humide_verobrico (3)
3. Quelles sont vos ressources et vos droits ?
Dans un premier temps, il faut contacter votre assurance. Si vous êtes locataire, n’hésitez pas à prévenir votre agence immobilière ou votre propriétaire pour accélérer la procédure.
Si vous sentez que la procédure est bloquée, n’hésitez pas à contacter Service Communal d’Hygiène et de Santé de votre mairie. Un inspecteur de salubrité peut être mandaté pour réaliser une évaluation sanitaire de votre logement.
Vous pouvez bénéficier de conseils juridiques gratuits avec les juristes de l’Adil.

– Qu’est-ce qu’un habitat insalubre ?
Le gouvernement possède un site internet très bien fait qui vous définit les caractéristiques d’un habitat insalubre, renseigne les procédures administratives d’insalubrité ainsi que les conséquences inhérentes en termes de loyer et de relogement.
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16158

– Les obligations et la réglementation :

Lien pour Comprendre les risques sanitaires liés à l’humidité.

Propriétaire
Obligation de délivrer un logement décent (Code civil : Art 1719/ Norme de décences : décret n° 2002-120 du 30 janvier 2002) ;
Obligation de délivrer un logement en bon état de réparation et d’entretenir le logement tout au long du bail (Code civil : 1720).

Locataire
Obligation d’entretenir les conduits de fumée et de ventilation, et appareils de combustion ;
Ne doit pas entraver le bon fonctionnement de l’entrée d’air et du système d’évacuation vers l’extérieur (CCH : R. 131-35).

Réglementation / humidité
. Décret du 14 juin 1969, article 7 : « Les logements doivent être protégées contre les infiltrations » ;

. Règlement Sanitaire Départemental :
Article 33 : Les couvertures, les terrasses, les murs et leurs enduits, fenêtres, vasistas, portes, ne doivent pas donner passage à des infiltrations d’eau.
Article 27-2 : Les murs ainsi que les sols doivent assurer une protection contre l’humidité.

. Décret du 6 mars 1987 (application de la loi Méhaignerie) :
Article 1er F3 : Les sols, murs, plafonds des logements ne présentent pas d’infiltration ni de remontée d’eau. Les ouvrants sont étanches à l’eau et en bon état de fonctionnement.
Article 1er F4 : La couverture, ses accords et ses accessoires sont étanches.

– Liens utiles pour l’indemnisation pour la réalisation des travaux
http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1557179/le-locataire-est-indemnise-en-cas-de-travaux-de-plus-de-21-jours
http://www.leparticulier.fr/jcms/c_97216/l-indemnisation-du-locataire-en-cas-de-travaux-de-longue-duree
http://www.adil56.org/modules.php?name=News&file=article&sid=399

Marie

Share Button