La malle du grand oncle Eugène : les finitions

Posted on

Je suis heureuse de pouvoir vous dire que la caisse de transport des chocolats Menier est enfin terminée !

J’avais conclu l’article précédent sur la différence de teinte entre le couvercle et le bas de la caisse. Pour corriger ce problème, j’ai envisagé deux solutions. La première, et la plus communément employée, est l’utilisation de brou de noix.

Le brou de noix est un colorant naturel extrait du brou de la noix, c’est-à-dire de l’enveloppe verte du fruit qui n’est pas à maturation. Comme le montre la toile de l’artiste peintre Lionel Houee située à droite, la palette de couleurs obtenue avec ce pigment est variée puisque qu’elle va du noir au beige en passant par la couleur chocolat.

La seconde option utilise le marc de café comme colorant. Dans le passé, j’avais teint certains vêtements avec du thé pour qu’ils deviennent invisibles : une nuit dans un bol de thé et le vêtement devient couleur chair pour toujours ! La teinte obtenue avec le café est plus foncée que celle obtenue avec le thé.

N’ayant pas de brou de noix à la maison, j’ai donc opté pour cette deuxième technique. Pour préparer le colorant, le marc de café est infusé une vingtaine de minutes dans de l’eau bouillante, puis à l’aide d’une éponge le bois est imbibé de cette préparation. Une fois l’eau absorbée par le bois, vérifiez la couleur. Si le résultat n’est pas assez foncé, recommencer.

malle_chocolat (2)

Après avoir laissé sécher le bois plusieurs jours, il a été recouvert d’une « patine » protectrice, mais au lieu de recouvrir la caisse de cire, je l’ai enduite d’huile de tournesol. Ce procédé a été testé et approuvé sur la table basse de mes parents quand j’étais petite ! C’est l’une des rares bêtises judicieuses que nous ayons faites… L’huile donne un aspect plus authentique aux meubles en bois et les rend facile d’entretien : en 20 ans la table n’a jamais été cirée et un chiffon propre suffit à enlever les traces.

Pour la petite histoire, la façade de la chocolaterie de Noisiel est naturellement protégée et vernie par la graisse de cacao dégagée lors de la transformation du chocolat.

Comme le montre la photographie suivante, la différence de couleur entre les deux parties de la caisse est désormais moins marquée. Opération réussie 🙂

malle_chocolat (3)

A noter que certains trous avaient été préalablement bouchés avec du mastique à bois. Avant la teinte, la différence de couleur entre le mastique et le bois était flagrante mais après la teinte au café, le rebouchage est beaucoup plus discret !

IMG_6332 (2)

Enfin, pour des raisons pratiques j’ai solidarisé la caisse et le couvercle en ajoutant des charnières (peintes en noir) . Contrairement à ce qu’il y avait avant, j’ai mis des charnières qui n’empiètent pas sur les inscriptions…

IMG_6335 (2)

Et voici à quoi ressemble le résultat final. Comme le couvercle et la caisse n’ont pas tout à fait la même couleur, la dernière astuce consiste à poncer légèrement le rebord supérieur de la caisse. Ainsi, il y a un liseré clair qui fait le raccord couleur entre les deux parties. Vous pouvez aussi voir sur la photo, l’aspect vieilli et lustré apporté par l’huile.

caisse_menier

1 2 3


Share Button

18 thoughts on “La malle du grand oncle Eugène : les finitions

  1. Bonjour! J’ai trouvé la technique du marc de café super. Maiq je l’ai testé en diluant avec de l’eau chaude,mais au bout de la 3eme couche, je n’y voit aucune difference. Y aurait t’il quelque chose que j’aurais mal fait?
    Merci

    • Bonjour,
      pour la technique du marc de café sur bois, il faut prendre le temps.
      Lors de mes premiers tests, j’ai fait comme toi et en voyant que la teinte n’était pas immédiate, j’ai ensuite changée de méthode : je n’ai pas laissé le bois séché en l’imbibant continuellement avec une éponge jusqu’à ce que j’obtienne la teinte voulue. Si tu as une vieille serviette à sacrifier, tu peux la tremper dans ta préparation puis recouvrir ton bois avec.
      Bon courage et dis nous si tu as réussi.

      • Alors, j’ai insisté aussi, mais le resultat n’était pas concluant, alors en ayant voulu vider le liquide, j’ai gardé le fond du marc, lequel j’ai étalé sur le bois. Et cette fois çi c’est mieux, la teinte est plus rapide.

        • OK. Et est ce que ton bois est foncé ?
          Dans mes souvenir, j’avais dû mettre une journée à foncer le bois (j’avais d’ailleurs eu peur de l’abimer avec toute cette eau :s)
          Si jamais, tu n’arrives pas à atteindre la teinte que tu veux, je te conseillerai de passer au brou de noix. En un coup de pinceau, le bois fonce.

  2. C’est du hêtre brut, que j’ai préalablement poncé donc il est plutôt clair. Mais la avec le concentré de marc ça marche plutôt bien, ça laisse des morceaux dans les rainures du bois, mais je trouve l’effet assez joli donc je vais laisser comme ça. Après j’avais pensé au brou de noix, mais j’ai quand même fait avec le marc étant une solution économique. Merci en tout cas pour les réponses.

    • Je suis contente que ça fonctionne. Entre le brou de noix et le marc de café, l’effet n’est pas le même et je trouve que vieillir le bois au marc de café donne un rendu plus naturel.

      A bientôt.

  3. Bonjour,

    Je viens de me faire faire un bureau en bois de pin blanc et j’aimerais protéger le bois sans le foncer. Pensez-vous que si je mets seulement de l’huile de tournesol ça pourrait marcher?

    Le rendu de vos réalisations est superbe!

    Merci d’avance pour votre réponse!

    • Bonjour Babe,

      D’après mon expérience, l’huile de tournesol protège bien le bois contre les tâches de boisson et autres (testée par les enfants et approuvée par les parents). Personnellement, j’aime beaucoup le rendu « authentique » que donne cette huile. Pour un rendu plus lisse, je vous conseille l’huile de lin (en vente dans certaines grandes surface et dans les magasins de bricolage). Cette dernière protégera aussi le bois.

      Bonne continuation pour votre bureau.

  4. Merci pour votre réponse, Véro!
    J’ai encore une petite question: j’ai entendu dire que l’huile de lin fonçait légèrement le bois et moi j’aimerais le garder clair. Est-ce que vous savez si l’huile de tournesol protègera le bois contre les vers aussi bien que l’huile de lin?

    Merci encore!

    • L’huile de lin ne foncera pas plus votre bois que l’huile de tournesol. Peut être que moins d’huile sera déposée au chiffon contrairement au pinceau et donc le bois sera moins foncé. Peut être que vous pouvez tester les deux huiles sur le dessous du plateau de votre bureau.

      Quant aux vers, je suis assez radicale sur le sujet car j’utilise du xylophène en prévention (mes vielles caisses étaient habitées et je devais assurer la préservation de mon mobilier). Toutefois, je ne suis pas sure que l’huile soit une barrière imparable pour ces petites bêtes. Je connais quelqu’un qui fait une préparation à base de clous de girofle mais je ne connais pas la recette. Voici donc le lien du blog d’Élisabeth pour que vous puissiez lui demander la recette de sa préparation contre les vers, ici.

      N’hésitez pas à me dire si vous avez obtenu l’effet souhaité et quelle huile vous aurez retenue.

      Bonne soirée.

      • Bonjour Véro,

        Je viens d’envoyer un petit message à Elisabeth. Merci pour toutes ces infos utiles Véro! Je vous enverrai des photos très prochainement. 🙂
        Amina

        • Je me suis renseignée sur le sujet des traitements du bois écologiques. Plus efficace que l’huile de lin, il y a la patine indienne.
          D’après ce qu’on m’a dit, le bois traité à la patine indienne résiste mieux aux insectes et aux agressions climatiques.

          Sans votre question, je serai restée avec le xylophène alors merci Amina de m’avoir incité à fouiller un peu:)

  5. Merci Véro! C’est formidable! 🙂 Et ça pourra peut-être profiter à d’autres qui passeront par là en recherche de conseils avisés! 🙂

    Bon week-end,
    Amina

  6. Bonjour,
    merci et bravo pour tous ces exemples, ces conseils et astuces.
    C’est vraiment une mine d’or.
    Bonne continuation et à bientôt sur votre blog.

  7. Bonjour,
    Le rendu de la caisse est superbe.
    J’ai une question par rapport à la protection à l’huile de tournesol. Combien de couches avez vous appliqué?
    J’ai coloré une table au café de céréales et maintenant je souhaiterais la protéger avec l’huile. J’ai fait un essai avec deux couches sur un des pieds que j’avais coupé mais ca ne semble pas suffisant pour rendre le bois imperméable.
    Merci de votre réponse.

    • Bonjour,
      pour cette caisse, il me semble que deux couches d’huile ont été appliquées car le bois absorbait beaucoup. Il ne faut pas avoir peur d’être généreux et de laisser la table s’imprégner de l’huile. Un bois tendre aura tendance à plus absorber l’huile qu’un bois dur.
      A noter qu’une application au pinceau sera plus généreuse qu’au chiffon.

      J’espère avoir répondu à votre question t n’hésitez pas à me faire un retour !
      à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *