Restauration d’une malle de voyage : le nettoyage

DSCI0120L’hiver approchant, il est indispensable que je restaure cette malle de voyage des années 30 rapidement car pour le moment elle dort dehors à cause des petits habitants qui la squattent (et oui, le bois tendre et ancien plaît aux bêtes !).

Pour la petite histoire, la malle (ou le coffre) est un meuble ancien pouvant avoir de multiple fonctions : rangement, « valise », chaise, etc … Avec le développement du transport ferroviaire, la fabrication des malles s’intensifie et se démocratise dans les années 1870 pour quasiment disparaître après la Seconde Guerre Mondiale. Pour plus d’informations, je vous conseille la visite du site « La malle en coin » .

Ici, la malle et son couvercle bombé sont entièrement recouverts de tissu et sont ornés de lattes peintes en noir maintenues par des ferrures abîmées par le temps. Comme le montre la photographie suivante, la particularité de cette malle est qu’elle possède deux tiroirs amovibles. Le cadre de ces tiroirs est fait d’un bois très fin, et le fond en tissu rend les tiroirs très fragiles. On comprend aisément que cette malle n’a pas été conçue pour le transport d’objets lourds mais pour un usage domestique. Dans la partie basse  (au niveau du plancher) étaient disposés les objets les plus lourds, tels que les nécessaires de toilette, et le linge de maison et les toilettes étaient rangés dans les tiroirs.

DSCI0122

Le but de la restauration va être de conserver au maximum les éléments d’origine de la malle. Il va donc falloir traiter le bois sans ôter le tissu extérieur. La première étape consiste donc à arracher le papier qui tapisse l’intérieur de la malle (outils : une spatule et une éponge imbibée d’eau chaud).

IMG_6343

Le dé-tapissage de l’intérieur de la malle a découvert les finitions succinctes réalisées lors de sa fabrication : clous qui dépassent (attention à ne pas se faire mal) et non protection du système de fermeture. Si on ajoute à ceci le fait que le bois a travaillé avec le temps, un coffrage semble indispensable !

Une fois séchée, la malle est traitée au xylophène (même procédure que pour la malle Menier).

Les lattes extérieures ainsi que le tissu sont aussi marqués par les bêtes et pour ne pas dégrader la colle qui maintient le tissu, le xylophène est appliqué localement avec une seringue et passé au pinceau sur les lattes en bois.

IMG_6345

Le revêtement du dessous de la malle est constitué d’un papier de type papier carbone maintenu par un cordage . Après avoir enlevé les lattes qui faisaient office de cadre, le papier a été difficilement arraché. Cette tache n’a pas été de tout repos puisque le papier étant très fin, la colle y est fortement imprégnée. Ce qui rend encore plus désagréable cette partie du travail est qu’avec le temps ce papier se désagrège facilement (façon mille-feuilles) et fait beaucoup de poussière (d’ailleurs, je vous conseille d’utiliser un masque à poussière). Pour finir proprement,  une ponceuse est le moyen le plus efficace pour terminer le nettoyage !

IMG_6361

Le travail suivant consiste à brosser les ferrures avec de la laine d’acier 002 et à poncer les lattes en bois à l’aide de papier de verre. Un solidificateur de bois (liant acrylique) est ensuite appliqué pour renforcer le bois qui s’effile (intérieur de la malle et lattes). Bien que le xylophène soit indispensable pour les bois rongés par les bêtes, ce type de produit contribue à la protection du bois et ne contre-indique pas le cirage ou la teinte du bois traité.

IMGP0005

Le tissu extérieur de la malle est tâché par le temps, aussi pour lui redonner un peu d’éclat il est nettoyé avec un shampooing d’intérieur : AutoGlym. Ce produit est essentiellement destiné aux fauteuils de voiture mais il convient très bien au cuir ainsi qu’à différente sorte de tissu. Après avoir protégé les lattes avec du scotch de peintre et passé l’aspirateur pour enlever la poussière, le produit est testé sur une petite zone puis est vaporisé sur toute la malle selon le mode opératoire suivant :

1- Vaporiser de manière à ce que le produit recouvre toute la surface à nettoyer (inutile de détremper le tissu) ;
2- Laisser agir 30 secondes ;
3- Activer le produit en frottant à l’aide d’un chiffon microfibre ;
4- Laisser agir 1 minute;
5- Essuyer à l’aide d’un chiffon microfibre propre et humide ;
6- Laisser sécher ;

1 2 3


Share Button

5 thoughts on “Restauration d’une malle de voyage : le nettoyage

  1. Merci pour cet article très sympa. Qu’elle est belle cette malle, ça vaut tellement le coup de la restaurer. Je l’ai fait avec une, non sans peine (lien) mais j’espère un jour en accueillir une 2e chez moi !

  2. Bjr,
    Je cherche du clinquant en acier plié à 90° pour remplacer la totalité des ferrures de ma malle.
    Tout est mangé par la rouille, il me faut donc du plat et des cornières sur toute la périphérie.
    Avez(vous une idée ?
    Cdlt.

    • Bonjour Luc,
      Si je devais aller chercher de nouvelles ferrures pour une malle, j’irai chez un ferronnier. Un artisan pourra répondre aux spécificités du projet. Je connais un ferronnier mais il se trouve à Montpellier.
      J’espère avoir répondu à votre question.

      A bientôt.

  3. Bonjour,
    Peux-tu nous indiquer l’adrese du ferronnier sur montpellier, j’ai une malle ou les ferrures sont a changer.

    Merci de ta réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *