Le rocking chair de Clotilde

Posted on

Bonjour à tous,

aujourd’hui Eric & Clotilde vous présentent le rafraîchissement de leur rocking chair. Vous avez déjà entendu parler d’eux puisqu’ils m’ont entre autre donnés mon petit tabouret et la chaise en bois. Clotilde, qui tient le blog ‘Les jolies Cavalières‘, est aussi ma conseillère couture et tissu 😉

Merci à tous les deux de partager ce projet.

Voici donc l’article rédigé par Clotilde :

Pour 15 euros, j’ai acquis un rocking-chair qui a pas mal vécu (quelques égratignures, et un pied un peu mâchouillé) mais rien de bien méchant à part l’assise qui était très abîmée et un élément ovale manquant qui ne devrait être entre l’assise et le dossier.

Pour un tel prix, je n’ai pas fait la fine bouche et je suis vite repartie avec (photo n°1) :

rocking_chair_verobrico (1)Nous avons choisi de refaire l’assise uniquement.

Photos à l’appui, voici ce que monsieur et moi-même avons réalisé grâce aux conseils d’une amie tapissière et du tapissier chez qui nous nous sommes fournis en mousse.

Étape 1 : Préparer l’assise

Pour retirer l’assise, il suffit de dévisser les grandes visses qui se trouvent dessous dans le cadre (photos 2a & 2b).

rocking_chair_verobrico (2)Une fois l’assise retirée, on en a profité pour retirer le dossier pour bien nettoyer toutes les parties même celles que l’on ne touchera pas (photos 3a & 3b).

rocking_chair_verobrico (3)Pour retirer le cannage, on a commencé à tout découper au cutter avant de finir de retirer tous les petits morceaux coincés dans la rainure du cadre de l’assise (photo n°3b).

Définition : Le cannage est le tissage du rotin servant à faire le dossier et l’assise de chaises et de fauteuils.

Étape 2 : Construction de l’assise

Une rapide présentation du matériel et des matériaux que nous avons utilisés (photo n°4a) :

  • une planche en bois en laminé de 22 mm d’épaisseur aux dimensions de l’intérieure du cadre de l’assise ;
  • de la mousse appelée profilé et de la mousse ferme pour assise (environ 20 €) ;
  • des pinces de maintien ;
  • des pointes ;
  • de la colle néoprène.

Avant de coller la mousse, il faut fixer le profilé en suivant les contours de la planche. Pour cela, il faut encoller la planche et la bande de profilé puis attendre 5 minutes avant de coller la bande sur la planche.

Attention, la prise est très rapide !! Pour être sûr que le profilé ne bouge pas on s’est aidé des pinces puis on l’a fixé à l’aide de petite pointe au fur et à mesure de la pose (photo n°4b).

rocking_chair_verobrico (4)Après le collage du profilé (photo 5a), vient l’étape de la pose de mousse (photo 5b).  On a encollé le centre ainsi que la tranche qui vient au contact de la partie oblique du profilé (photo 5c). Pour  faciliter la pose, on a légèrement coupé l’angle qui vient toucher le profilé.

On en rencontré un petit problème avec la mousse qui se soulevait au centre. On a donc placé une planche avec des poids pour être sûr qu’elle se collerait à la planche en son centre (photo 5d).

rocking_chair_verobrico (5)

Étape 3 : L’habillage tissu

Pour unifier l’ensemble, il aurait était judicieux de poser de la ouate (au mètre) sur l’ensemble de l’assise avant de poser le tissu. Comme nous étions lancés et que nous n’avions pas de ouate sous la main, on a fait sans. On verra à l’usure si notre fainéantise était une erreur ou pas.

Avant de poser le tissu définitif, on a posé une toile poly-coton blanche pour harmoniser le tout avec une agrafeuse électrique.

On a découpé un grand rectangle de tissu de manière à avoir un excédent de tissu suffisant pour nous aider au moment de la pose (photos n°6).

Une fois le tissu déposé sur l’assise, on retourne la planche et on agrafe. On commence par les côtés puis par les angles en tendant bien le tissu mais pas trop non plus sinon ça casse (photos n°6b).

Comme on n’est pas des pros, on a fait des boulettes, dont l’agrafage un peu trop loin du bord de la planche. Forcément, ça nous a posé problème au moment d’agrafer les angles.

Après avoir dégrafé puis ré-agrafé, la photo n°6d montre le dessous une fois l’excédent de tissu découpé.

rocking_chair_verobrico (6)Et le dessus est très homogène (photo n°7) :

rocking_chair_verobrico (7)

Il n’y a plus qu’à faire de même avec le tissu définitif. Plus votre tissu sera épais, et plus vous allez galérer à faire de jolis plis dans les angles mais qui dit tissu épais, dit meilleure résistance dans le temps (photo n°8a).

Pour bien finir la pose du tissu et ne pas avoir de fils qui pendouillent sous l’assise, on a agrafé une toile de coton épaisse dont les bords ont été rabattus à l’aide d’un fer à repasser sur l’envers pour une finition bien nette (photo n°8b).

rocking_chair_verobrico (8)

Étape 4 : Fixation de l’assise sur le cadre

Le cadre étant abîmé sur le dessus, on a choisi de le retourner. De plus on s’est rendu compte qu’il serait peut-être un peu fragile pour que l’on fixe la planche directement à lui.

L’option choisit a été celle de fixer l’assise à des tasseaux eux-mêmes visés à l’intérieur du cadre. Avec ce système, l’assise est plus haute et ça modifie un peu le centre de gravité mais c’est plus sécurisant.

Une petite peau de mouton juste posée sur le dossier pour finir son look et le rocking chair s’offre une nouvelle jeunesse.

rocking_chair_verobrico (9)

Rocking-chair acheté chez Emmaüs de Labarthe sur Lèze

Profilé et mousse de chez Mousses et Compagnie à Toulouse. Ils ne sont pas avars sur les conseils et font la découpe de la mousse.

Tissus de chez Au fil du tissus à Portet sur Garonne.

Peau de mouton de chez Ikéa.

Share Button

Électrification de la lampe Wonder Agral

Posted on

Bonjour à tous,

Cet article fait suite à la question postée par Raphaël concernant la possibilité d’électrifier la lampe Wonder Agral (voir le commentaire en bas de l’article de Hugo « Démonter l’ampoule de la lampe Wonder Agral » ). Je préfère une réponse format article car faire des modifications électriques peut s’avérer très dangereux ! Personnellement, je ne me suis pas lancée dans l’aventure alors même que je vis avec un Génie Électrique. Toutefois voici ce qu’il faudrait faire :

La lampe portative est alimentée avec une pile de 9 V alors l’électricité domestique est à une tension de 230 V. La seconde différence est que la pile délivre un courant continu alors que le courant domestique est alternatif, très dangereux.

JE NE CONNAIT PAS L’ÉLECTRICITÉ ALORS JE N’Y TOUCHE PAS

Le schéma 1b ci-dessous illustre l’alimentation d’origine de la lampe Wonder Agral. Dans le premier article sur cette lampe (Lien), je soulevais le fait que la carcasse de la lampe est conductrice et jouait le rôle de fil électrique entre la borne (+) de la pile et l’ampoule lorsque l’interrupteur est fermé (point 2). La borne (-) de la pile est quant à elle continuellement reliée au culot de l’ampoule (point1).

electification_agral_verobrico (1)Dans une situation parfaite il faudrait pour électrifier la lampe de manière sécurisée (Schémas 2) :

  • Relier la phase et le neutre à l’ampoule (respectivement câble et flèche rouges et câble et flèche bleus) ;
  • Mettre à la Terre la carcasse métallique de la lampe (câble jaune sur le schéma mais vert et jaune dans les fait).
  • Percer la face arrière de la lampe pour faire passer les câbles électriques ;
  • Installer un interrupteur extérieur à la lampe (type interrupteur de lampe de chevet).

electification_agral_verobrico (2)Le problème est que nous ne sommes pas dans une situation idéale puisque la lampe elle-même fait partie du circuit électrique. Que faire ?

  • Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’électricité ne faites pas de modification électrique car une mauvaise transformation peut être très dangereuse !
  • Pour les plus avertis, il faut changer la douille de la lampe afin d’isoler l’ampoule de la carcasse métallique. Je vous conseille de suivre les explications de Hugo pour accéder à l’ampoule puis changer la douille.

electification_agral_verobrico (3)Attention : Pour trouver une nouvelle douille adaptée à la lampe (dimension et isolation), allez éventuellement en magasin avec la lampe et expliquez bien tout le problème au vendeur afin qu’il puisse vous guider en toute sécurité vers la bonne douille.

Profitez de votre de votre tour en boutique pour acheter un interrupteur de lampe de chevet qui sera monté comme illustré par le schéma 4a.

Attention au dénudage des fils électriques et ne coupez pas le fil de Terre qui passe dans l’interrupteur.

electification_agral_verobrico (4)

Voici donc comment j’électrifierais la lampe Wonder Agral et j’espère avoir répondu à la question de Raphaël 🙂

1 , 2 , 3 –

Share Button

Caisses à bouteilles par Marie

Posted on

Bonjour,

Aujourd’hui je laisse Marie présenter son meuble à vin construit à partir d’anciennes caisses à vin en bois.

Merci beaucoup pour ton  partage 🙂

A la recherche d’un meuble sympa pour mettre des bouteilles de vin, de superbes caisses de consigne ont été chinées au vide grenier d’Orléans pour 5 euros pièce.

caisse_vin_verobrico (1)Après avoir aspiré la poussière, de petits tas de poussière se sont formés (Photo 2). Je me doutais que j’allais rencontrer ce problème car il y avait des petits trous significatifs de vrillettes e.g., insectes à larve xylophage (Photo 3). Donc, il était nécessaire de restaurer les caisses.

caisse_vin_verobrico (2)Dans la première partie de la restauration des caisses, le bois est traité au xylophène. Après avoir pris soin de choisir le xylophène le plus concentré, le produit a été appliqué de manière généreuse en insistant sur les trous (Photos 4 & 5). Pour être sûre de n’oublier aucune zone et de bien faire toutes les faces des caisses, elles ont été tournées dans le sens des aiguilles d’une montre. Puis les caisses ont été enfermées dans des sacs poubelles afin de ralentir l’évaporation du xylophène pour qu’il imprègne au maximum le bois et tue bien tous les parasites (Photo 6).

caisse_vin_verobrico (3)Quarante-huit heures après, la procédure a été réitérée et une deuxième couche de xylophène a été appliquée. Les caisses ont été à nouveau placées dans des sacs poubelles. Après quarante-huit heures dans les sacs, les caisses ont été rentrées pour être séchées. Mauvais temps oblige ! Le volume total de xylophène utilisé est de 2,5 L.

La deuxième partie de la restauration des caisses, et de la création du meuble, avait pour objectifs de lustrer le bois, le protéger et d’attacher les caisses entre elles pour obtenir un meuble solidaire. Pour une solution naturelle et économique, j’ai suivi le tuto ‘Quelle huile pour mon bois ?’. Aussi après avoir protégé le sol, de l’huile de tournesol premier prix (Photo 7) a été appliquée de manière généreuse au pinceau afin de ne mettre qu’une seule couche (Photo 8).

caisse_vin_verobrico (4)Après avoir appliqué l’huile (utilisation 1 L pour les 3 caisses), le meuble a été sécurisé en renfonçant les clous qui dépassaient (Photos 9 et 10). Les caisses ont été mises dehors toute la journée pour les laisser s’imbiber d’huile (Photo 11). Les caisses ont été rentrées le soir pour éviter qu’elle prenne l’humidité.

caisse_vin_verobrico (5)Après séchage, une corde (deux mètres de corde en mercerie ont été achetés) a été fixée à l’aide d’une agrafeuse murale côté intérieur de la caisse pour que les agrafes soient discrètes (Photo 12). Une fois fixées, les cordes se sont avérées trop claires par rapport au bois. Aussi, je les ai retiré pour les faire tremper 3 heures dans du café. Les cordes sont ensuite mises à sécher (j’ai suivi les tutoriels ‘teinture au café’ et ‘Brou de noix, Café ou Thé ?’). Elles sont désormais de la même teinte que les caisses.

caisse_vin_verobrico (6)Après réflexion j’ai choisi de ne pas attacher les caisses afin de conserver la possibilité de les moduler en fonction des envies (Photo 13). A noter qu’en guise de patins du carton a été placé sous le meuble pour ne pas rayer le sol.

Diapositive7Plus besoin de ranger le vin sous le canapé !!!

Share Button

Personnalisation d’un cadre photo

Posted on

Bonjour à tous,

j’ai reçu un appel à l’aide de mon Padre pour peindre un cadre photo en bois brut dans lequel il souhaite exposer une carte postale qui a voyagée avec l’Hermione. Les couleurs de la carte sont le jaune, le bleu et le rouge et la chambre dans laquelle sera accroché le cadre est jaune. A partir de ces couleurs, j’ai commencé par peindre la couleur rouge de manière grossière avec un vieux pinceau abîmé.

Petite Astuce : pour chaque couche de peinture, pensez à ne pas trop charger votre pinceau.

cadre_photo_verobrico (1)

Pour rappeler la couleur majoritaire de la carte ainsi que celle du mur, des touches de jaune sont apposées après un temps de séchage de la peinture rouge assez court (1h ou 2h). Comme cette couleur sera secondaire, je l’ai utilisé pour accentuer les défauts du bois (suivre notamment la flèche blanche) :

cadre_photo_verobrico (2)

La couleur dominante, le bleu, est la troisième couche de peinture qui recouvre le cadre.

cadre_photo_verobrico (3)

Les couleurs utilisées sont vives et brillantes. Aussi, pour vieillir l’aspect du bois du brou de noix est appliqué après le séchage de la peinture. Vous savez désormais que j’affectionne cette technique et en général elle est suivie par le lustrage à la cire.

La carte postale aurait été perdue entre un mur jaune et un cadre trop jaune mais le bleu et le rouge la mettent en valeur.

Ma mission remplie, la carte orne désormais la chambre d’ami de mes parents 😉

cadre_photo_verobrico (4)

Share Button