Une page s’est tournée

Posted on

Bonjour tout le monde,

Le gros chantier qui a commencé fin 2014, et qui nous a pas mal occupé en 2015, est définitivement clos. Un appartement de 47m² situé au quatrième étage sans ascenseur n’était pas possible avec deux petits loulous. Nous avons donc réalisé les finitions et vendu l’appartement fin 2016.

L’aménagement intérieur d’un appartement des années 60 est fait de petites pièces cloisonnées. Notre idée était de tout casser, à l’exception de la chambre, afin de séparer le WC de la salle d’eau et surtout d’agrandir la perspective du séjour en faisant une cuisine semi ouverte. Bien entendu, nous avons pris soin de ne pas toucher aux colonnes d’aération de l’immeuble. Avant de se lancer dans ce gros chantier, nous avons modélisé le futur agencement de l’appartement et mis en évidence les contraintes à respecter : Lien vers l’article.

Cet article résume donc les travaux que nous avons entrepris alors pour plus de détails je vous invite à vous rendre à la rubrique « Appartement« .

appartement_verobrico (1)Après la démolition des murs, les emplacements des anciennes cloisons sont bouchés au MAP (Mortier Adhésif) au niveau des plafonds et au ciment pour le sol.

appartement_verobrico (3)L’électricité a été redistribuée au niveau du sol avant qu’il soit cimenté. Pour ce travail le binôme alsacien s’est reformé pendant que nous nous occupions des plafonds.

Après mûres réflexions, le gaz a été condamné et un chauffe eau a été installé.

appartement_verobrico (2)Une fois la base du chantier nettoyée, nous sommes passés à la phase de reconstruction avec le tracé des futures cloisons (avec épaisseur) puis la fixation des rails de placo, détermination du parcours de la plomberie, etc..

Le WC a été déplacé mais nous n’avons pas eu besoin de le réhausser car la pente pour l’évacuation est suffisante.

appartement_verobrico (4)Je vous passe les détails des joints de placo et tout et tout car une bonne partie des travaux est publiée ICI.

Sur toute la zone reconstruite, comprenant la salle d’eau, les WC et la cuisine, du parquet pour passage intensif et résistant à l’eau a été posé. Comme nous avions un espace de stockage, nous avons pris le temps d’acheter faïence, sol et cuisine en fonction des promos. Avec ce système nous avons fait une économie globale de 10 %.

appartement_verobrico (5)Bien que très fonctionnelle avec le banc dans la douche et ses meubles de cuisine, lasalle d’eau est trop petite (4m2) pour obtenir des photos explicites alors voici un avant/après de la cuisine :

appartement_verobrico (6)Et le plan de l’appartement terminé :

appartement_verobrico (7)Pour conclure cet article, je tiens à remercier toutes les personnes qui sont venues nous aider à descendre nos 2,5 tonnes de gravas, monter nos planches de placo et de fermacell ainsi que le plan de travail de la cuisine et le chauffe eau. Un spécial merci à Yves, Alex, Nico et Fernando pour leur précieuse aide. Merci aussi à mon cher et tendre qui a poncé les joints de placo et posé de la toile de verre au plafond (avec Alex) presque sans râler pendant que j’admirais avec ma sœur de belles aurores boréales 🙂

Share Button

Réglage du thermostat d’un chauffe-eau électrique

Posted on

Il n’est pas rare de constater qu’un cumulus venant d’être installé chauffe trop. Mise à part, cette sensation de douche brûlante, il est très important de bien régler son chauffe-eau. Depuis 2005, un décret réglemente la température de réglage des appareils de production d’eau chaude entre 55°C et 60°C (JORF n°291 du 15 décembre 2005 page 19295 texte n° 36).

Pourquoi une limite basse à 55°C ? Un cumulus qui chauffe à des températures inférieures à 50°C présente un risque sanitaire important en favorisant la légionellose ainsi que la prolifération de bactéries et de microbes dans le ballon d’eau chaude et les canalisations.

Pourquoi une limite haute à 60°C ? Il est impératif que le cumulus ne chauffe pas au-delà de 60°C afin de prévenir le risque de brûlure. De plus, les températures trop élevées favorisent le dépôt de calcaire/tartre dans le ballon d’eau chaude et les canalisations. Enfin une température trop élevée engendre une surconsommation électrique pour chauffer le cumulus ainsi qu’une augmentation de la consommation d’eau froide pour obtenir une eau tiède.

Donc, une température optimale d’un cumulus prévient d’un risque sanitaire potentiel, d’un risque de brûlure et est source d’économie à trois niveaux :

1/ l’entretien de la chaudière électrique et des canalisations en limitant le dépôt de calcaire ;

2/ l’électricité consommée pour chauffer le ballon d’eau chaude ;

3/ l’eau froide utilisée en plus grande quantité pour tiédir l’eau.

A savoir : Il est impératif d’entretenir et de faire vérifier un chauffe-eau électrique au moins une fois par an par un professionnel (contrat d’entretien).

Afin de faire des économies d’énergie, il est conseillé de mettre un isolant thermique (e.g., laine de verre etc.) autour d’un cumulus installé dans une zone non isolée (e.g., garage, extérieur etc.). En effet même si le ballon est conçu pour prévenir la déperdition de chaleur mais dans les pièces types garages, le dispositif ne suffit pas notamment l’hiver.

Un chauffe-eau bien entretenu et bien réglé peut permettre de faire entre 10% et 20 % d’économie soit environ entre 15 € et 100 € par an. Une diminution d’un degré d’un cumulus peut engendrer une réduction d’énergie jusqu’à 7%.

Enfin, pour faire plus d’économies, il est possible d’installer un robinet ou une poire de douche éco-mousseur (poire de douche : env. 20 €, éco-mousseur de robinet entre 5 et 10 €) qui permet de consommer moins d’eau tout en conservant le débit d’eau.

Matériel :

– 1 tournevis plat;

– 1 tournevis cruciforme.

Procédure pour régler un cumulus :

1/ Couper l’alimentation électrique du chauffe-eau au niveau du tableau électrique (Photo 1).

thermostat_cumulus_verorbico (1)

2/ Sous le cumulus, il y a en général un capot en plastique qui cache le thermostat (Photo 2).

thermostat_cumulus_verorbico (2)

3/ Retirer les vis du capot (Photo 3).

thermostat_cumulus_verorbico (3)

4/ Le thermostat se trouve à la base du ballon d’eau (Photo 4).

thermostat_cumulus_verorbico (4)

5/ Tourner la rondelle en plastique pour régler la température du thermostat (Photo 5).

thermostat_cumulus_verorbico (5)

A noter : il est possible qu’il soit nécessaire d’utiliser un tournevis plat pour régler le thermostat. Selon les modèles, il peut y avoir un bouton de sécurité à enfoncer avec un tournevis plat pour effectuer le réglage de la température. De plus, la graduation de la température peut varier d’un modèle à un autre (degrés Celsius, étalonnée de 1 à 5 (Photo 5) ou renseignée par un gradient d’épaisseur croissante).

6/ Remettre l’alimentation de chauffe-eau (Photo 6).

thermostat_cumulus_verorbico (4)

7/ En fonction de la taille du cumulus et de l’utilisation d’eau, attendre entre 12h à 3 jours pour tester l’eau du robinet à l’aide d’un thermomètre (Photo 7).

thermostat_cumulus_verorbico (7)

A noter : les thermomètres de cuisine sont souvent les plus performants car ils peuvent mesurer des températures élevées (T°C > 100°C).

8/ Répéter la procédure si la température si nécessaire i.e., non comprise entre 55°C et 60°C.

Marie

Share Button

Des économies d’énergie et d’argent

Posted on

Bonjour à tous,

aujourd’hui je vous fais part d’une opération mise en place depuis 1er janvier 2016 dans le cadre de la loi transition énergétique, mes ampoules gratuites.

Contrairement à ce qui est annoncé en gros slogan publicitaire sur la page internet du site, les ampoules LED ne sont pas gratuites pour tous. En effet, la subvention à laquelle vous pouvez prétendre dépend de vos conditions de ressources. Néanmoins acheter vos ampoules via cette opération restera moins coûteux pour vous que d’aller en magasin.

Comment faire ?

Pour bénéficier du meilleur prix, indiquez vos informations fiscales ici et pour ceux qui ne veulent pas renseigner ces informations, passez directement sur ce lien. Vous paierez 20 € le pack de 5 ampoules LED.

mesampoulesgratuites_verobrico

Share Button

Mannequin de présentation

Posted on

Bonjour à tous,

Au hasard d’une balade en ville, j’ai déniché i l y a deux ans un mannequin de présentation dans un magasin qui fermait définitivement ses portes. Symbole de l’industrie du prêt-à-porter, ce mannequin m’a de suite plus par son aspect usé. Pour cette raison je l’avais conservé en l’état jusqu’à présent (photo n°1).

mannequin_presentation_verobrico (1)Comme le montre la photo n°2, le tissu extensible qui couvre le buste est maintenu en bas par des épingles de couture. Avec le temps, le tissu se déchire et remonte. C’est se point disgracieux que j’ai voulu corriger.

mannequin_presentation_verobrico (2)Pour cela, pas besoin de grand chose : de la colle universelle et une agrafeuse murale.

Dans un premier temps, toutes les épingles sont retirées. Puis la colle est appliquée sous le buste (photo n°4) et des épingles viennent maintenir le tissu collé afin d’avoir les mains libres pour agrafer le tissu (photo n°5). Les épingles sont retirées après l’agrafage.

mannequin_presentation_verobrico (3)Voici le résultat  de cette retouche 😉

mannequin_presentation_verobrico (4)Puisque le mannequin est sur la table d’opération, j’en ai profité pour fixer les trois pieds. En regardant sous le pied, je me suis rendu-compte que la colle à bois est inutile dans cette opération : un tour de vis et le pied est solidarisé.

Pour des raisons pratiques de stockage et de transport, le mannequin est donc entièrement démontable et remontable sans outils !

mannequin_presentation_verobrico (5)

Share Button