Cadeau pour la fête des pères : Pochette à couverts

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

comme mon papa passe par ici uniquement pour la recette des pièges à frelons asiatiques, je peux sans crainte vous présenter le cadeau qu’il recevra ce week-end pour la fête des pères. Ce cadeau est un deux en un car je trouve injuste qu’il n’y ait pas de fête des grand-pères. Les enfants ont donc été mis à contribution 🙂

Initialement j’ai fait la première pochette pour moi car désormais je ramène ma nourriture au travail et je voulais laisser mes couverts sur place pour ne pas les oublier.

Pour les débutants qui passent par là et veulent essayer ce tuto, accrochez-vous ! Pour me compliquer la tâche, la pochette est en jeans.

Voici le matériel dont j’ai eu besoin :

– 2 tissus différents ;

– 1 rectangle de polaire (10 x 23 cm) ;

– Du thermocollant double face ;

– 45 cm de biais ;

– 1 fermeture éclair de 20 cm;

– des feutres à tissu pour la décoration.

Voici le schéma de construction de l’intérieur de la pochette. Sur ce schéma vous lirez les cotes extérieures de la pochette.

Pour faire une surprise, les enfants ont dessiné sur le jeans (découpé dans un vieux pantalon cassé) Les stylos n’étant pas vraiment adaptés pour des petits bonshommes de moins de deux ans, il faut rester très vigilant et mettre la blouse pour protéger les vêtements. Pour fixer les dessins sur le tissu j’ai suivi les indications renseignées sur les feutres.

Voici donc sur la photo n°3 les pièces de tissu pré-découpées. Vous constaterez que la deuxième pièce (sur la gauche) est préparée. Elle correspond à l’intérieur avec l’emplacement des couverts.

Avec un thermocollant double face, la polaire est collée en sandwich entre la face arrière et l’intérieur (rangement à couverts) de la pochette. Le rôle de la polaire est d’apporter une tenue à la pochette. Vue l’épaisseur du sandwich avec la polaire et le jeans, j’ai décidé de poser un biais avant de coudre la fermeture éclair. La photo n°5 montre la préparation du tissu avant la pose du biais (photo n°6).Un biais est aussi posé sur ce qui sera la face avant de la pochette :

Avant d’assembler les deux pièces, la fermeture éclair est installée (photos n°8 et n°9). Cette étape est délicate car la fermeture éclair doit être posée en symétrique. Dans un premier essai la pochette est assemblée avant la pose de la fermeture éclair. C’est une erreur de le faire dans ce sens car il devient compliqué de coudre la fermeture.

Après avoir partiellement fermé la fermeture éclair, la pochette est tournée sur l’envers pour coudre le pied de la pochette (photo n°10). Le surplus de tissu est coupé. La pochette est ensuite tournée sur l’endroit et une couture de finition est réalisée sur le contour (sauf au niveau de la fermeture éclair).

La pochette est désormais terminée et doit passer en machine à laver pour effacer les repères . Pendant ce temps, je confectionne une « carte » pour la fête des pères qui illustrera en même temps « à quoi sert ce truc »… Oui, mon papa est un homme et donc ne comprend pas forcément le sens pratique de ce genre d’accessoire … Dans du papier, j’ai découpé des couverts sur lesquels des petits mots sont marqués.Et voici la pochette terminée et en fonction. Je trouve vraiment que les dessins des enfants rendent super bien sur le jeans.

Et voici le prototype : une pochette à couverts réalisée dans un vieux top que j’adorais. Vous voyez sur la photo qu’il y a 4 poches : trois pour les couverts et une pour le sucre, le sel et/ou une serviette.

Comme on discute beaucoup de nos projets avec Clotilde, je lui ai fait part des difficultés rencontrées sur la conception de cette pochette. Elle s’est donc lancée dans la confection d’une pochette sans biais et entièrement doublée. Je vous invite donc à lire son article qui devrait sortir dans la journée : ICI.

PS : pour mon prochain essai, je ferai dans cet ordre : couture du biais puis du pied de la pochette et je finirai par la pose de la fermeture 🙂

Share Button

Cadeau fête des mères

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

j’avais initialement prévu vous présenter le cadeau fabriqué pour la fête des mères dimanche mais puisque l’enveloppe est arrivée cassée, ma maman s’est doutée de ce que je lui ai fait….

Pourquoi se doutait-elle de son cadeau ? peut-être parce qu’elle a envoyé plusieurs messages subliminaux et subtils. C’est donc très spontanément que j’ai eu l’idée de fabriquer une housse à chaussons. Vous souvenez de ce projet qui date d’il y a plusieurs années déjà ? Voici le lien vers l’article original ICI. Vous y trouverez les informations qui manquent dans cet article (à quoi bon se répéter ?!). Malgré tout j’ai profité de ce projet cadeau pour tester la couture anglaise 🙂

Les photos n°1 et n°2 correspondent à la pose de la fermeture éclair centrale sur la doublure de la housse.

Voici avec le tissu extérieur :

Nous arrivons au test de la couture anglaise. J’utilise cette technique pour fermer les deux extrémités de la housse de manière propre et efficace :

– Photo n°4 : fermer les extrémités par une couture droite sur l’endroit de la pochette ;

– Photo n°5 : couper le surplus de tissu ;

– Photo n°6 : mettre la housse sur l’envers (laisser la fermeture éclair ouverte). L’idée est d’emprisonner le surplus de tissu précédent entre une nouvelle couture réalisée sur l’envers et la couture de la photo n°4. Me suivez-vous ?

– Photo n°7 : du tissu ressort de la couture car je n’ai pas assez décalé la couture intérieure. J’ai donc refait une nouvelle couture un peu plus décalée.

Comme ma sœur m’a fait la réflexion qu’elle aurait apprécié une housse moins plate pour y ranger des chaussures, les quatre angles de la housse sont cousus à l’intérieur (photo n°8) pour donner une épaisseur de 2 cm à la housse (photo n°9).

Et voici le cadeau de fête des mères terminé.

Si l’idée vous plait ou si vous êtes en quête d’une idée cadeau pour votre maman, vous avez encore le temps de vous mettre au travail 🙂

Share Button

Cache pot en toile de jute

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

Ayant certains pots de fleur en plastique, je pense depuis longtemps à les cacher avec de la toile de jute. Mon idée a beaucoup plu à ma sœur et j’ai donc testé l’idée pour elle :). Ce projet est très simple et rapide à réaliser. N’utilisez pas ce type de cache pot en matière naturelle si vos plantes sont dans des pots percés car la toile de jute pourrira…

Le matériel :

– 1 sac de café en toile de jute ;

– 1 machine à coudre et du fil coton.

Le pot de fleur à cacher n’est pas cylindrique mais c’est le diamètre haut (le plus long) qui est retenu pour la fabrication du cache pot.

Le schéma n°2 présente les dimensions du cache pot et les lignes de couture. Le cache pot est constitué de 2 pièces rectangulaires et d’un disque de diamètre égal au diamètre haut du pot. la largeur des deux pièces de tissus est calculé à partir du diamètre du pot (circonférence divisée par deux).

Après avoir choisi quelle partie du sac de café est gardée, on commence la découpe. Pour aller plus vite, je coupe les deux côtés du sac en même temps (ils sont préalablement maintenus par des aiguilles).Les coutures latérales du cache pot sont réalisées avant de coudre le fond du cache pot, respectivement coutures rouges et couture bleue sur schéma n°2). Toutes les coutures sont faites sur l’envers.

Après avoir fait toutes les coutures droites, des coutures zigziag assez larges sont réalisées pour éviter que la toile de jute s’effiloche.

A noter que le haut du cache pot n’est pas ourlé car le haut du sac à café est propre et ourlé.

Voici le résultat après la pose de 2 anses décoratives.

Share Button

Moustiquaire sur mesures

Posted on

Bonjour à tous et à toutes,

la saison des moustiques est de retour et avec une porte fenêtre il est compliqué d’installer une moustiquaire comme je l’avais déjà fait avant (ICI). L’installation d’une porte-moustiquaire est faisable à condition de pouvoir se fixer à l’encadrement de la porte, ce qui n’est pas mon cas. Avec ma sœur, qui a une baie vitrée très large, nous avons convergé vers une même idée : une moustiquaire rideau.

Nous avons débuté ce projet par un petit tour en boutique pour acheter 1,20 m de moustiquaire pour moi et 3 m pour mademoiselle (la largeur de lé est de 3,50 m).

Matériel

– de la moustiquaire (6,90 € le mètre) ;

– du fil à plomb pour rideau (1 € le mètre et se vend comme du ruban);

– une tringle à rideau de salle de bain.

1/ Fabrication d’une coulisse

Pour passer une tringle à rideau une coulisse est cousue à 10 cm du haut de la moustiquaire. Les 10 cm de large permettent de garder du tissu au dessus de la tringle à rideau. On condamne ainsi tout accès aux moustiques.

Le diamètre d’une tringle à rideau de salle de bain est d’environ 8 cm mais nous avons pris le parti de coudre une coulisse plus large qui nous permettra d’ajuster la hauteur de la moustiquaire en fonction de la hauteur d’hypothétiques futures fenêtres.

2/ Ourler le pied de la moustiquaire

Le pied de la moustiquaire est ourlé de façon à pouvoir ensuite enfiler un fil à plomb qui lestera la moustiquaire. Si vous êtes dans une région où le mistral souffle fort, n’hésitez pas à enfiler plusieurs rangées de fil à plomb.

Petite anecdote que Marie aime raconter : si la Reine d’Angleterre ne se retrouve jamais les fesses à l’air même en cas de grosse tempête c’est parce qu’il y a du plomb dans ses jupes 😉

Pour que le fil à plomb ne bouge pas, il est fixé sur les côtés ainsi qu’au centre du tissu.

3/ Astuce

Comme je l’ai mentionné, Marie a une très large baie vitrée et il n’existe pas de tringle à rideau de douche correspondant à la longueur recherchée. Elle a donc fait un tour dans son garage et a trouvé la bonne idée : assembler deux tringles pour n’en faire qu’une seule !

Voici comme elle a fait :

4/ Résultats

Voici donc nos deux réalisations coupées et cousues à quatre mains en une soirée 🙂

Chez Marie :

Chez moi :

Share Button