Relooking chevet vintage

Posted on

Bonjour à tous,

Je vous présente aujourd’hui un chevet peint en fin d’année pour la « chambre verte et multicolore ». La peinture a été choisie avec mon fils et nous sommes tombés d’accord sur la peinture déjà utilisée pour son pupitre présenté précédemment ICI. Je suis peu fière d’avoir évité le « orange sur le dessus, bleu et vert sur les côtés »… 😉

Le chevet a été acheté il y a plus d’un an  pour 5 € sur LBC. Pour celles et ceux qui sont sur Instagram, vous avez peut-être déjà vu l’avant/après.

La peinture étant déjà dans mon stock, il ne me manquait que l’inspiration pour mettre en lumière ce petit meuble.

Comme à chaque fois, la première étape est le ponçage (grains 80 puis 120) et le dégraissage  à l’acétone. Avec tous ces coins et recoins, cette étape est faite essentiellement à la main. Ça défoule un peu et cela ne casse pas les oreilles des voisins 😉

Une attention particulière est portée à la porte puisque le décor sculpté n’est pas poncé :

Comme je veux un meuble léger, cette petite table de nuit prend de la couleur tout en exhibant son bois brut. Avec son bouton de porte singe, il s’intègre bien dans une chambre d’enfant. Mon fils a désormais deux meubles de même couleur mais de style différent. De l’harmonie sans lourdeur.

Je vous présenterai un de ces jours comment nous avons fait un recoin vitaminé et confidentiel dans cette chambre verte et multicolore qui plaît beaucoup aux enfants 😉

A noter que ce chevet était initialement prévu pour être le second chevet assorti à ma belle Dame jaune des années 30, ICI. S’il avait fini du côté de monsieur, il aurait été peint de la même manière mais en jaune. Un bouton de porte noir aurait certainement mis une touche masculine à l’ensemble.


Une vieille chaise Ikéa

Posted on

Bonjour,

En allant déménager un copain, mon homme a récupéré une chaise pour enfant qui partait à la poubelle. Il est revenu avec en sachant qu’il ferait une heureuse (du gâchis en moins) et deux petits heureux. Cette chaise, en bois massif, est en super état malgré des dessins d’enfant dessus.

Après avoir laissé les enfants avec, cette chaise a fini dans la chambre rouge.

Le relooking sera simple et efficace 🙂

1/ Préparation du support

La chaise est poncée puis époussetée et dégraissée à l’acétone.

L’assise est ensuite démontée. Petite astuce, pensez à marquer le dos des lattes pour un remontage plus facile.

2/ Nouveau look

Dans mes placards, j’ai un pot de peinture Ripolin Attitude Recup’ couleur coquelicot alors en avant pour la couleur ! Cette peinture est toujours aussi agréable à poser alors qu’elle a plus de 5 ans maintenant. Elle est appliquée en deux couches.

Pendant que la peinture sèche, les lattes sont protégées à l’huile de lin. Cette étape se fait en 4 phases :

– 25 % huile de lin 75% essence de térébenthine ;

– 70 % huile de lin 50% essence de térébenthine ;

– 75 % huile de lin 10% essence de térébenthine ;

– 100 % huile de lin.

L’huile de lin patine vraiment le bois. L’odeur de l’essence de térébenthine étant très prenante,  les lattes sont mises à sécher à l’extérieur.

De retour des vacances, mon fils à trouvé une chaise une petite chaise qui lui sert à tout comme par exemple à jouer à son établi, à atteindre ses vêtements dans son placard. Cette chaise est repartie pour un tour !


Bureau de dessinateur pour enfant

Posted on

Bonjour à tous,

Pour cette nouvelle rentrée scolaire, je vous présente le coin bureau préparé cet été pour mon fils. Cela fait presque 4 ans que j’ai acheté pour 5 € à Emmaüs un bureau de dessinateur pour enfant. Il était stocké dehors et a donc souffert des intempéries. Ce bureau m’a beaucoup plu car assez grand et évolutif avec un ajustement de la longueur de ses pieds. Je l’ai mis de côté jusqu’à cet été car j’attendais de connaitre le goût des enfants ainsi que la déco de leur chambre.

Le pupitre d’écolier a été fait pour la chambre multicolore, LIEN, alors ce bureau sera pour la chambre rouge 😉

Matériels :

  • du décapant ;
  • 1 spatule ;
  • 1 jet haute pression ;
  • 1 tête de ponçage (grain 80 ou 120) ;
  • 3 bombes de peinture ;
  • Rubio ;
  • 1 nouveau plateau ;
  • 8+4 embouts de table carrés.

1/ Démontage

Dans un premier temps, le plateau est démonté, les vis de l’articulation du plateau et les vieux embouts (pour la modification d’angle) sont retirés.

2/ Préparation du châssis

La peinture jaune étant épaisse et abimée et le métal rouillé, il est préférable de retirer la peinture afin de bien préparer le support. Il ne faut pas se mentir, cette partie a été longue et fastidieuse.

J’ai d’abord voulu éliminer la peinture avec un décapeur thermique (Photo 5). Cette technique fonctionne mais reste fastidieuse et très lente…Pour être plus efficace, le décapage a finalement été réalisé avec un gelExpress multi-support 3V3 (18,90€). Malgré l’efficacité du décapant, cette étape a duré plusieurs jours. Pensez aux gants de protection et à travaillez dehors ou dans une pièce bien aérée. La peinture est grattée et retirée au fur et à mesure avec une spatule.

Une fois le plus gros retiré, la structure métallique est lavée au jet à haute pression. Des restes de peinture sont ainsi éliminés. Enfin, le châssis du bureau est poncé et mis au propre.

3/ Le plateau

En parallèle, j’ai acheté en grande surface de bricolage du Valchromat gris anthracite que j’ai fait couper sur mesure, 120×65 cm². L’épaisseur de la planche est de 19 mm. Le Valchromat est une marque déposée. C’est du médium (MDF) teinté dans la masse. Je trouve pratique l’idée d’avoir un plateau teinté dans la masse pour un plateau de bureau qui devrait durer des années. La préparation du plateau est assez basique. Dans un premier temps les angles sont arrondis avec une défonceuse, Photo 11. Après époussetage, une huile protectrice avec durcisseur, de la marque Rubio, est appliquée sur chaque face du plateau. Eh oui, le MDF doit être protégé des traces de doigt mais aussi des pots de colle laissés ouverts sur le bureau… Le Rubio a foncé le plateau qui est désormais noir.

Le plateau est clairement ce qui fait grimper la facture. Les produit Rubio coutent une centaine d’euros (même si j’en ai très peu utilisé, cela reste plus cher qu’un litre d’huile de lin) et le plateau en lui même m’a coûté environ 30 €.
4/ Peinture du châssis

Vu la forme du châssis, l’application à la bombe paraît plus adaptée que le pinceau. Mon choix c’est porté sur le rouge vif de Maison déco (13,90€). Je me suis beaucoup énervée pour cette phase car à chaque fois que le châssis est tourné pour peindre des zones inaccessibles, la peinture se raye. J’ai contacté le service client de Merlin Pinpin qui m’a répondu que la peinture durcit au bout de 3 semaines. Que nenni ! J’ai attendu plus de 3 semaines pour remonter le bureau et la peinture s’est tout de même rayée malgré le soin apporté.

5/ Finitions

Les finitions passent par les vis. Lors de l’achat du bureau, les vis de réglage de la hauteur des pieds manquaient. J’en ai donc trouvé deux dans notre stock que j’ai coupé à la bonne longueur. Les vis de l’articulation sont quant à elles polies sommairement.

Les 4 vis du bureau sont ensuite bombées avec de la peinture mat de couleur noire.

6/ Résultat

Après remontage du bureau, un trou est fait dans l’angle du plateau afin d’y fixer ma vieille lampe de bureau (« de quand j’étais petite ») qui se trouve être de la bonne couleur. La lampe ne bougera pas lorsque le bureau sera incliné pour dessiner. Pour compléter le look rouge et noir, une chaise de bureau a été trouvée sur LBC.

Pour agrémenter le coin bureau de mon fils, le cadre en bois de mon vieux pêle-mêle en liège est repeint de la couleur que les murs de la chambre.

Voilà un coin bureau ergonomique et personnalisé 100% récup ! Je peux vous dire qu’il y en a un qui est fier. Cela ne se voit pas sur la photo mais le plus compliqué est de voir la couleur du plateau car il est toujours couvert de petits découpages et de collages 😉

A très bientôt pour le prochain petit meuble de la chambre rouge 😉


Housse de protection ceinture de sécurité

Posted on

Bonjour à tous,

Lorsque le premier de mes garçons n’a plus eu besoin du bouclier sur son siège auto, je lui ai cousu une housse de protection pour la ceinture de sécurité afin de lui protéger le cou. Petite, je me souviens que la ceinture me coupait le cou alors je ne voulais pas que mes loulous soient gênés de la même manière. Cela fait un an que je promets sa housse à mon deuxième. Le départ en vacances approchant, je me suis donc mise à l’ouvrage.

Vous allez voir, ce petit projet est bête comme chou !

Matériel :

  • 2 coupons de tissu coton de 20 x 75 cm² ;
  • 1 coupon de ouate 20 x 75 cm² ;
  • 180 cm de biais ;
  • 5 paires de boutons pressions en plastique.

1/ Tracer un rectangle de 16 x 70 cm² sur la face avant du tissu coton. Pour arrondir les angles, prenez un verre.

2/ Superposer les 3 pièces de tissu comme indiqué par la Photo 1 puis épingler : imprimés envers contre envers avec la ouate pris en sandwich.

3/Faire un point droit puis, pour arrêter les fils, une couture zigzag. Découper le surplus de tissu aux ciseaux cranteurs.

5/ Coudre le biais.

Comme la commande exacte est « le tissu animaux et multicolore », le biais est un assemblage de 3 biais de couleurs différentes.

6/ Faire les trous avant la pose de chaque pression. Attention à les positionner de façon à laisser de l’espace pour la ceinture de sécurité tout en ne mordant pas sur le biais.

Avec 5 paires de boutons pressions de couleurs différentes et le biais tricolore, la housse de protection de la ceinture de sécurité est terminée… avant la fin de la sieste ! Après un tour en machine à laver, mon loustic à pris en charge le séchage de sa housse 😉

A noter que cette protection n’est pas pliée en 3 comme ce que l’on peut trouver sur les poussettes. Comme la housse est assez longue, je craignais que trop d’épaisseur de tissu gênerait le retrait de la ceinture. Après plus d’un an d’utilisation de la première housse, j’auto-valide ce concept qui est simple et efficace !

Bonnes vacances à tous !