Réglage du thermostat d’un chauffe-eau électrique

Posted on

Il n’est pas rare de constater qu’un cumulus venant d’être installé chauffe trop. Mise à part, cette sensation de douche brûlante, il est très important de bien régler son chauffe-eau. Depuis 2005, un décret réglemente la température de réglage des appareils de production d’eau chaude entre 55°C et 60°C (JORF n°291 du 15 décembre 2005 page 19295 texte n° 36).

Pourquoi une limite basse à 55°C ? Un cumulus qui chauffe à des températures inférieures à 50°C présente un risque sanitaire important en favorisant la légionellose ainsi que la prolifération de bactéries et de microbes dans le ballon d’eau chaude et les canalisations.

Pourquoi une limite haute à 60°C ? Il est impératif que le cumulus ne chauffe pas au-delà de 60°C afin de prévenir le risque de brûlure. De plus, les températures trop élevées favorisent le dépôt de calcaire/tartre dans le ballon d’eau chaude et les canalisations. Enfin une température trop élevée engendre une surconsommation électrique pour chauffer le cumulus ainsi qu’une augmentation de la consommation d’eau froide pour obtenir une eau tiède.

Donc, une température optimale d’un cumulus prévient d’un risque sanitaire potentiel, d’un risque de brûlure et est source d’économie à trois niveaux :

1/ l’entretien de la chaudière électrique et des canalisations en limitant le dépôt de calcaire ;

2/ l’électricité consommée pour chauffer le ballon d’eau chaude ;

3/ l’eau froide utilisée en plus grande quantité pour tiédir l’eau.

A savoir : Il est impératif d’entretenir et de faire vérifier un chauffe-eau électrique au moins une fois par an par un professionnel (contrat d’entretien).

Afin de faire des économies d’énergie, il est conseillé de mettre un isolant thermique (e.g., laine de verre etc.) autour d’un cumulus installé dans une zone non isolée (e.g., garage, extérieur etc.). En effet même si le ballon est conçu pour prévenir la déperdition de chaleur mais dans les pièces types garages, le dispositif ne suffit pas notamment l’hiver.

Un chauffe-eau bien entretenu et bien réglé peut permettre de faire entre 10% et 20 % d’économie soit environ entre 15 € et 100 € par an. Une diminution d’un degré d’un cumulus peut engendrer une réduction d’énergie jusqu’à 7%.

Enfin, pour faire plus d’économies, il est possible d’installer un robinet ou une poire de douche éco-mousseur (poire de douche : env. 20 €, éco-mousseur de robinet entre 5 et 10 €) qui permet de consommer moins d’eau tout en conservant le débit d’eau.

Matériel :

– 1 tournevis plat;

– 1 tournevis cruciforme.

Procédure pour régler un cumulus :

1/ Couper l’alimentation électrique du chauffe-eau au niveau du tableau électrique (Photo 1).

thermostat_cumulus_verorbico (1)

2/ Sous le cumulus, il y a en général un capot en plastique qui cache le thermostat (Photo 2).

thermostat_cumulus_verorbico (2)

3/ Retirer les vis du capot (Photo 3).

thermostat_cumulus_verorbico (3)

4/ Le thermostat se trouve à la base du ballon d’eau (Photo 4).

thermostat_cumulus_verorbico (4)

5/ Tourner la rondelle en plastique pour régler la température du thermostat (Photo 5).

thermostat_cumulus_verorbico (5)

A noter : il est possible qu’il soit nécessaire d’utiliser un tournevis plat pour régler le thermostat. Selon les modèles, il peut y avoir un bouton de sécurité à enfoncer avec un tournevis plat pour effectuer le réglage de la température. De plus, la graduation de la température peut varier d’un modèle à un autre (degrés Celsius, étalonnée de 1 à 5 (Photo 5) ou renseignée par un gradient d’épaisseur croissante).

6/ Remettre l’alimentation de chauffe-eau (Photo 6).

thermostat_cumulus_verorbico (4)

7/ En fonction de la taille du cumulus et de l’utilisation d’eau, attendre entre 12h à 3 jours pour tester l’eau du robinet à l’aide d’un thermomètre (Photo 7).

thermostat_cumulus_verorbico (7)

A noter : les thermomètres de cuisine sont souvent les plus performants car ils peuvent mesurer des températures élevées (T°C > 100°C).

8/ Répéter la procédure si la température si nécessaire i.e., non comprise entre 55°C et 60°C.

Marie

Share Button

Mannequin de présentation

Posted on

Bonjour à tous,

Au hasard d’une balade en ville, j’ai déniché i l y a deux ans un mannequin de présentation dans un magasin qui fermait définitivement ses portes. Symbole de l’industrie du prêt-à-porter, ce mannequin m’a de suite plus par son aspect usé. Pour cette raison je l’avais conservé en l’état jusqu’à présent (photo n°1).

mannequin_presentation_verobrico (1)Comme le montre la photo n°2, le tissu extensible qui couvre le buste est maintenu en bas par des épingles de couture. Avec le temps, le tissu se déchire et remonte. C’est se point disgracieux que j’ai voulu corriger.

mannequin_presentation_verobrico (2)Pour cela, pas besoin de grand chose : de la colle universelle et une agrafeuse murale.

Dans un premier temps, toutes les épingles sont retirées. Puis la colle est appliquée sous le buste (photo n°4) et des épingles viennent maintenir le tissu collé afin d’avoir les mains libres pour agrafer le tissu (photo n°5). Les épingles sont retirées après l’agrafage.

mannequin_presentation_verobrico (3)Voici le résultat  de cette retouche 😉

mannequin_presentation_verobrico (4)Puisque le mannequin est sur la table d’opération, j’en ai profité pour fixer les trois pieds. En regardant sous le pied, je me suis rendu-compte que la colle à bois est inutile dans cette opération : un tour de vis et le pied est solidarisé.

Pour des raisons pratiques de stockage et de transport, le mannequin est donc entièrement démontable et remontable sans outils !

mannequin_presentation_verobrico (5)

Share Button

Cacher les défauts d’un mur avec de la peinture

Posted on

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous présente l’astuce trouvée pour masquer une ancienne peinture. La photographie n°1 montre le couloir bicolor de l’appartement avant travaux. Bien entendu ce couloir ne ressemble plus à cela puisque nous avons démoli tous les murs de droite !

liseret_verobrico (1)Après le gros œuvre, la peinture du couloir est le chantier que nous avons gardé pour la fin. Pour apporter de la lumière et agrandir l’espace nous le voulions blanc avec une mise en relief du placard de l’entrée (photo n°2).

Un test peinture se faisant toujours sur une petite surface, le premier coup de rouleau est donné sur le placard. Comme le montre la photo n°3 la démarcation entre les deux anciennes peintures du couloir n’est pas masquée par la nouvelle peinture. Nous avons poncé le mur, appliqué plusieurs couches de peintures sans que le problème soit résolu. Que faire ?

Foutu pour foutu, je suggère de faire un liseret de 3 mm sur cette démarcation.

liseret_verobrico (2)Pour commencer, deux couches de peinture blanche sont appliquées dans tout le couloir (photo n°5). Après séchage complet de cette peinture, deux bandes de scotch de peintre écartées de 3 mm sont collés de part en part de la démarcation. Puis le liseret est peint.

Astuce : Pour obtenir une bande ou un motif propre et bien défini il est impératif de retirer le scotch dès que la peinture est posée. Ne surtout pas attendre qu’elle sèche (photos n°6 et n°7). Ceci est aussi valable lorsque vous peignez de couleurs différentes deux murs voisins. Si le scotch est retiré après séchage votre bande sera craquelée.

liseret_verobrico (3)Avec un rappel de couleur à l’extrémité du couloir, voici un couloir à la perspective allongée. Si vous êtes bon observateur, vous aurez remarqué la rampe de spots que je vous ai présenté dans un ancien article, Lien, ainsi que le tableau à clefs, tuto ici.

liseret_verobrico (4)

Share Button

Peinture de qualité à petit prix

Posted on

Bonjour bonjour,

Si comme nous vous avez des travaux de peinture intérieure à réaliser, vous vous êtes certainement rendu-compte que le prix au litre des peintures des grandes surfaces de bricolage est assez onéreux : de 4€ à 15 € le litre de peinture blanche satinée selon si vous achetez en gros volume ou non. Et je ne vous parle pas de peinture couleur !

Pour réduire ce poste de dépense nous avons opté pour la peinture blanche Baufix de LIDL. Pour un pot de 12L, le prix est de 2,5 €/L. Cette peinture est vendue régulièrement par les magasins LIDL donc regardez de temps à autre sur le site du magasin pour ensuite faire un casse.

D’ailleurs, la peinture salle de bain et cuisine et la peinture mur et plafond sont actuellement en vente, Lien.

Pour mettre de la couleur :

Comme j’aime la couleur dans un appartement, nous avons acheté des colorants universels à environ 10 € l’unité.

Mon impression sur cette peinture :

J’ai peint l’appartement avec plusieurs grandes marques de peinture (blanche ou colorée) et très sincèrement deux marques se sont détachées du lot. En prenant en compte la couvrance et la facilité d’application voici ma sélection de peinture :

  • peinture blanche : la Baufix est de loin la peinture la plus couvrante que j’ai testé ;
  • peinture colorée : la peinture baufix colorée (en monocouche suffit) et la peinture monocouche bleu baltique de Luxens (marque que je ne recommanderais pas forcément en blanc).

A vous de tester ce produit et lorsque ce sera fait, n’hésitez pas à nous faire un retour 😉

baufix

Share Button